Suunto 7 : le test

La toute dernière montre sortie de la tête des ingénieurs de Suunto marque sa différence. La 7 est une montre connectée qui séduira en priorité les coureurs « urbains ». Mais quelques manquements non-négligeables pourraient rebuter les plus exigeants.

[Mise à jour] de la montre en septembre 2020

Dans la galaxie des fabricants de montres GPS destinées aux coureurs, Suunto a toujours une place bien à part. Apprécié des meilleurs comme des amateurs, l’équipementier a longtemps surfé sur la vague de l’outdoor, de l’aventure vers les grands espaces et les longs chemins et plus globalement de la très haute performance.

Avec cette Suunto 7, commercialisée depuis fin janvier, la marque dévoile en quelque sorte un nouveau visage. Elle a fait le choix de l’entre-deux. D’abord (et c’est principalement ce qui nous intéresse), cette montre va offrir aux coureurs toutes la panoplie nécessaire : on y retrouve bien évidemment un système GPS, un cardio fréquence mètre au poignet, un altimètre barométrique et toute autre fonctionnalité qu’un coureur aguerri est en droit d’attendre.

Des gadgets utiles

D’un autre côté, et c’est bien sûr là toute la particularité de cette montre, nous allons retrouver le côté connecté, à l’image de ce qu’ont déjà lancé d’autres marques (on pense notamment à l’Apple Watch). Ici, on s’écarte totalement du domaine du sport pour entrer de plain-pied dans le gadget « utile » à la vie quotidienne. Vous pourrez ainsi obtenir tous les messages et notifications que reçoit d’ordinaire votre smartphone et même y répondre, avoir accès à l’assistant Google ou encore à Google Pay et de nombreuses autres applications.

Voici les grandes particularités de cette Suunto 7 :

  • Une montre connectée avec le système Wear OS utile dans la vie quotidienne
  • L’accès à une panoplie de fond de carte hyper détaillée et haute définition utilisable en mode hors ligne
  • Un nouveau cardio-fréquence parmi les plus performants à ce jour.

Prise en main

Les habitués des modèles Suunto pourront d’abord s’étonner de retrouver un bouton supplémentaire à gauche du cadran. Des boutons dont on peut au final se passer puisque l’écran est totalement tactile. L’ergonomie est assez bien développée ce qui permet de comprendre aisément le fonctionnement de la montre. A parti de l’écran d’accueil : le bouton gauche servira à entrer dans le système Wear OS et d’y retrouver un ensemble assez exhaustif d’applications que l’on peut télécharger sur le Play Store. Le bouton situé en haut à droite permet d’entrer dans l’application Suunto, consacrée uniquement à l’activité sportive à et l’utilisation des fonds de carte. La qualité de la définition et l’éclairage est sans doute ce qui peut se faire de mieux actuellement sur le marché.

Navigation et cardio

Comment fournir le meilleur de la cartographie et ne pas vraiment pouvoir s’en servir ? La Suunto 7 nous génère une grosse frustration. Explication : le modèle offre un service de fond de carte assez exceptionnel. En étant connecté à la wifi et en se chargeant, la montre va automatiquement télécharger la cartographie du lieu où vous vous trouvez et ce dans un périmètre de 60 km2. La précision de cette carte est parfaite, avec de nombreux détails tels que les courbes de niveau, les petits chemins, etc. En plus, la montre propose une quinzaine de heatmap, comprenez de carte de chaleur avec une surbrillance des chemins les plus empruntés par les utilisateurs de la marque Suunto. Ces heatmap sont disponibles pour le running mais aussi pour le vélo, la rando, le golf, la natation, etc. Problème : impossible de se servir de ce fond de carte pour suivre un itinéraire. La montre ne permet pas à l’heure actuelle de créer ou d’exporter un parcours afin de le suivre. Un manque qui pourrait être corrigé très prochainement via une mise à jour. En revanche, la puce GPS embarquée dans ce modèle semble de bonne qualité, on ne note pas de bug majeur dans le résultat de la trace GPS.

Concernant le cardio-fréquence mètre, la marque annonce pour ce modèle un capteur optique complètement revu par rapport à ce qu’elle proposait sur ses autres montres. Difficile de savoir exactement la précision de ce cardio fréquence mètre même si on note en effet des données plutôt cohérentes sans variation ubuesque. En revanche, il n’est pas possible de relier des appareils extérieurs comme une ceinture cardio… dommage.

Autonomie

L’autonomie de la montre est assez limitée, la marque annonce 12h en mode suivi d’activité (avec GPS) et 48h en montre connectée simplement. Il faut bien avoir en tête que ce modèle ne s’adresse pas aux ultra-trailers, ni aux triathlètes. Son autonomie n’est donc clairement pas son point fort. La montre a tout de même été testée en mode normal (c’est-à-dire sans utilisation de la musique ou d’application tierce en parallèle) sur une course de 65 km. Quelle surprise de constater qu’elle nous a lâchée au bout de 6h30 de course. On est donc loin des 12h d’autonomie réelle, même si de nombreux paramètres viennent impacter la batterie. En revanche, il suffit d’un peu plus d’1h30 pour recharger complètement cette montre. 20 minutes suffisent pour aller courir une petite heure.

Profil sportif et suivi quotidien

L’un des points forts de cette montre est son arsenal d’activités sportives. On en dénombre quelque 70, des plus basiques (running, cyclisme et natation) aux plus insolites (golf, frisbee, bowling ou encore majorette !) Les indicateurs fournis restent complets pour le commun des coureurs avec notamment un altimètre barométrique assez performent. Il n’est en revanche pas possible de passer d’une activité à une autre en pleine session. Autre regret : il n’est pas possible de programmer des entraînements particuliers.

Enfin la montre ne vous proposera pas de suivi quotidien. Pour cela, rendez-vous sur l’application Google Fit, mais les données fournies restent limitées (nombre de pas, calories brûlées, etc) et aucune information n’est disponible concernant notre sommeil.

VERDICT

La Suunto 7 est une belle montre dont la finition est impeccable. L’aspect connecté séduira à coup sûr les geeks (et c’est bien là l’objectif des concepteurs) mais l’application sportive est dépourvue d’options importantes comme le suivi d’itinéraire (qui en plus génère une grosse frustration) et l’autonomie est plutôt limitée (elle reste tout de même de haut niveau pour une montre connectée). Avec un prix affiché de 479 euros, elle pourrait en rebuter plus d’un.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Fermer le menu