Garmin Forerunner 245 : le test

Garmin ne semble jamais s’arrêter et a récemment sorti une nouvelle série de montres. Dans la famille « milieu de gamme », je demande la Forerunner 245. Mais est-elle si « moyenne » que ça?

Jusqu’à présent, quand un coureur me demandait vers quelle montre « complète mais pas trop chère » il devait se tourner, ma réponse était souvent à aller chercher du côté de la Forerunner 235 de chez Garmin ou, plus récemment, de la Vantage M (Polar). La 245 prend donc le relais dans ce segment milieu de gamme (on dira en fait « milieu de gamme + », étant donné le prix). Les habitués de la marque américaine s’y retrouveront facilement, avec ce système à 5 boutons qui a fait ses preuves, même s’il demande un temps d’adaptation afin que tout tombe facilement sous les doigts quand vous l’utilisez pour la première fois. La 245 est légère et plutôt discrète, avec un cadran de 42 mm qui n’empêche pas d’avoir une bonne visibilité sur l’ensemble des données. Quelques évolutions notables par rapport à la 235 : à la pratique, l’autonomie est presque doublée (Garmin annonce 24 heures en GPS, on est en fait plus proche des 22 heures) ; la 245 intègre les données de dynamique de course jusque-là réservées aux modèles plus haut de gamme (longueur de foulée, temps de contact au sol, oscillation verticale) ; la possibilité de se voir guider sur un itinéraire (pas de fond de carte mais des flèches qui vous indiquent la direction à prendre). Et ce ne sont là que les différences les plus importantes…

Le bon chemin


Depuis l’écran d’accueil, vous pouvez accéder aux « widgets » qui vont rapidement vous donner, par exemple : votre statut d’entraînement (avec, en sous menu, une estimation du VO2max, votre charge d’entraînement, le temps de récupération recommandé, la prédiction des temps de course sur 10 km, semi et marathon) ; des statistiques de santé (infos sur votre fréquence cardiaque en particulier) ; votre journée (séance de sport, minutes intensives, nombre de pas, calories brûlées) ; calendrier ; météo, etc. Et ce n’est qu’un aperçu, puisque vous pouvez en ajouter et en télécharger gratuitement. À noter que la 245 intègre également des données sur l’oxygénation sanguine captées via le capteur cardio qui, comme les dynamiques de course, n’intéressent a priori qu’une faible partie des coureurs.
Le capteur cardio poignet, parlons-en justement. On se retrouve dans les constats assez habituels en la matière : pas de souci quand on reste sur une allure constante, mais une vraie difficulté pour la montre à suivre les accélérations brusques de la fréquence cardiaque, avec un temps de décalage certain et, parfois, une sous estimation flagrante de votre FC. On pourra également regretter l’absence d’altimètre barométrique : l’alti GPS, ce n’est quand même pas la panacée, mais on peut comprendre que Garmin souhaite maintenir des différences de qualité entre sa 245 et la 645 plus coûteuse.

En revanche, bon point pour le GPS qui donne des tracés d’une précision extrême, bien plus justes, par exemple, que ceux d’une Fenix 5. On trouve un nombre de profils sportifs relativement restreint mais qui devraient contenter 95 % de la clientèle de ce type de produits : course (avec des options tapis, course en salle et trail, ce est qui un peu délicat sans altimètre barométrique), vélo (avec option home-trainer), natation en piscine (pas de mode eau libre), rameur, marche, musculation (avec décompte automatique du nombre de répétitions,
plus ou moins efficace selon les mouvements), vélo elliptique, stepper, yoga et autre.

Coach de poignet

Pour l’entraînement, pas de souci, la 245 est un coach au poignet. Vous pouvez ainsi programmer des fractionnés simples directement sur la montre, importer des séances plus complètes créées sur Garmin Connect, importer un calendrier complet d’entraînement ou encore utiliser Garmin Coach qui va vous proposer des plans d’entraînement à importer (avec une adaptation des séances au fur et
à mesure de votre évolution).

Evolution récente chez Garmin : l’introduction d’un dispositif de sécurité dans la montre. Si celle-ci détecte une chute ou une immobilisation sur une longue durée, elle va envoyer, via votre téléphone, un SMS ou un mail à votre liste de contacts d’urgence. Il est également possible de déclencher cet envoi en appuyant pendant 5 secondes sur le bouton lumière, en haut à gauche. À la pratique, ça fonctionne très bien et, heureusement, la montre vous prévient 30 secondes avant d’envoyer le message : vous pouvez donc annuler cet envoi s’il n’existe, en fait, aucune urgence.

Au niveau suivi d’activité quotidienne, on est là aussi dans les clous : suivi de FC, nombre de pas, distance parcourue dans la journée, nombre de calories,sommeil, on reste dans le classique. Un peu moins avec l’indication de la saturation sanguine en oxygène, le niveau de stress et de « body battery » qui, en gros, vous donne un score sur 100 déterminant votre niveau d’énergie. En matière de connectivité avec le téléphone, on retrouve les grands classiques : notifications (mail, SMS, appels entrants, etc.), calendrier, météo, téléchargement de nouvelles applications via Connect IQ…

Prix : 300€ (350€ en mode musique)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Fermer le menu