Élise Delannoy va tenter de battre le record de D+ en 24h

La Nordiste Elise Delannoy s’invite à la fête. L’ultra-traileuse va, elle aussi, essayer de battre le record du monde de dénivelé positif avalé en 24h. C’est la première femme à tenter ce genre de défi.

C’est sur ses terres, dans le Pas-de-Calais, au nord d’Arras qu’Elise Delannoy a choisi d’essayer de battre le record de dénivelé positif en 24h. Un record détenu depuis quelques jours seulement par Aurélien Dunand-Pallaz. Ce dernier a grimpé 17 218 mètres en un peu moins de 24h, venant détrôner Patrick Bohard.

« L’idée m’est venue après avoir lu un article sur le record de Patrick Bohard. Ca a donc germé il y a seulement trois semaines. Avec mon mari, on a l’habitude d’aller en montagne et de participer à de nombreux ultras. Cette année, avec le COVID, les courses s’annulent les unes après les autres, j’ai donc décidé de me créer mon ultra à moi« , explique-t-elle avec la plus grande simplicité.

Une tentative sur les terrils du Nord

Elise Delannoy a donc choisi de réaliser ce challenge au cœur d’un espace qu’il lui est cher : les terrils du Nord. Il s’agit de collines artificielles créées à partir des résidus des mines de fer, paysage typique du bassin minier. Elle s’est orientée sur celui de Noeud-les-Mines qui bénéficie d’un véritable structure, grâce à son stade glisse juste à côté.

La côte sélectionnée pour cette tentative mesure exactement 520 mètres et cumulent 59,4m de dénivelé, ce qui donne une pente raide de 23% de moyenne. Si la traileuse veut réussir son défi, elle devra réaliser 290 aller-retour, soit parcourir 151 km et additionner 17 226 mètres de D+, le tout avant dimanche 20 septembre 13h, soit 24 heures après son départ. Afin de valider un potentiel record, Elise Delannoy a fait appel à un géomètre et des chronométreurs officiels. Elle réalisera aussi une prise de sang avant et après le départ. En clair, tout ce que réclame le cahier des charges…

Une aventure collective

« Depuis que j’ai annoncé ma tentative, j’ai reçu beaucoup de messages de soutien. Je sais déjà que de nombreux trailers locaux seront sur place et que certains m’accompagneront, notamment durant la nuit« , s’enthousiasme Elise Delannoy qui mise énormément sur cet esprit de partage. « Pour moi, c’est comme un ultra, sauf que je ne bénéficie pas de l’apport des paysages des montagnes. Ce sera donc une vraie épreuve mentale. C’est une autre manière d’aborder les choses« .

Elise Delannoy sera ainsi la première femme au monde à tenter de battre le record. « C’est aussi un moyen de mettre le sport féminin en avant. Le fait d’être la première est quelque chose qui me plaît bien. On sait que sur les ultras, la différence entre les hommes et les femmes se resserrent, donc on verra bien si c’est le cas aussi sur ce genre d’épreuve« . Pour y parvenir, la Nordiste espère retrouver les mêmes sensations qui l’avaient conduit à prendre la 7ème place de l’UTMB 2019, et se classer première française. « C’était mon premier 100 miles et je me sentais tellement bien. j’étais très régulière et capable encore d’accélérer sur la fin. J’espère retrouver ce même genre de sensation« .

Quoiqu’il arrive, sa performance restera comme la première marque féminine de dénivelé positif en 24h !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.