Polar Grit-X : le test

Pour la première fois, Polar s’aventure sur des terres dominées historiquement par Suunto et Garmin : celles de « l’outdoor », les grands espaces, les montagnes. Bref, pour le coureur, avec la Grit X, c’est destination trail. Mais la nouvelle venue tient-elle la comparaison avec ses concurrentes ?

Historiquement, Polar n’est pas vraiment la marque de montre GPS vers laquelle un traileur va se tourner. Enfin, quand je dis « pas vraiment », je veux plutôt dire « pas du tout ». En effet, elle n’a jamais cherché à séduire cette frange du marché, se concentrant plutôt sur les adeptes de la route, comme avec le plutôt réussi duo Vantage M et V. Alors il faut avouer que nous avons été à la fois surpris et curieux quand les Finlandais ont annoncé l’arrivée de la Grit X, leur premier produit destiné aux adeptes des grands espaces. Et donc aux traileurs

En quelques mots


Nous avons là un produit à écran tactile doté d’un capteur de fréquence cardiaque au poignet et d’un altimètre barométrique, permettant la navigation (mais sans cartographie, nous y reviendrons), répondant aux normes de résistance MIL-STD-810G (en gros, vous pouvez presque tout lui faire subir sans qu’elle ne bronche), permettant le suivi d’activité quotidienne et les notifications intelligentes, en mesure d’être couplée à un capteur de puissance (option plutôt destinée aux cyclistes), répondant aux normes de capteurs Bluetooth et ANT+, avec une autonomie annoncée à 40 heures en mode GPS normal.

Prise en main

Le réglage de votre montre se fait par trois moyens : directement sur celle-ci (mais c’est quelque peu lent et incomplet) ou via Polar Flow, que ce soit sur l’appli de votre téléphone portable (en Bluetooth) ou la plateforme web sur votre ordinateur (avec le câble USB fourni). Pour la première connexion, la synchronisation ne s’est pas faite avec mon portable mais, une fois la mise à jour du firmware faite sur mon PC, plus de souci de ce genre et l’appli portable ets devenue ma meilleure nouvelle amie !

Au niveau ergonomie, on est ici sur du mixte : 5 boutons mais aussi un écran tactile. Les habitués de Polar y retrouveront facilement leurs petits, les autres devront s’adapter. Je ne rentrerai pas dans les détails, un rapide tour dans le manuel d’utilisation permet de tout savoir ! Mais une fois les habitudes prises, le fonctionnement devient rapidement instinctif.

La recharge se fait via le câble USB fourni relié à un ordinateur ou à une prise murale via un adaptateur. En revanche, problème pour un produit voulant séduire les traileurs : il est impossible de recharger la montre tout en enregistrant une activité (le connecteur se fixe sur le dos de la montre, au niveau du cardio poignet, via une connexion magnétique). Même si l’autonomie affichée devrait éviter que cela pose vraiment problème à la majorité des coureurs, c’est un petit bémol.

Les profils sportifs

A l’origine, la Grit X comprend un nombre limité de profils sportifs (trail, course à pied, natation, ski, randonnée, entre autres). Mais, via Polar Flow, vous allez pouvoir en ajouter. Et là, le choix semble illimité, puisqu’on trouve, par exemple, du futsal, du squash, de la danse moderne, du Pilates… A vous ensuite de personnaliser chaque profil (tours automatiques, sons d’entraînement, choix de l’affichage de la fréquence cardiaque – battements par minute, pourcentage de votre FCMax ou de votre FC de réserve-, choix entre vitesse ou allure, choix de l’unité pour l’affichage de la puissance – watts, watts/kg ou pourcentage de votre PMA -, choix du mode de calcul des zones de FC, allure ou vitesse (automatique ou personnalisé).

Vous choisissez ensuite la configuration des écrans de données, avec un à quatre champs par écran.

Dans la seconde partie de la configuration, on choisit l’arrangement des pages et des champs de données. On peut configurer jusqu’à huit écrans de données personnalisés contenant chacun de 1 à 4 champs de données. On retrouve les données habituelles (allure, durée, distance, données de fréquence cardiaque, altitude, D+, D-), mais également des données liées à la cadence de course ou à la puissance. Polar est, depuis la Vantage, la seule marque à proposer une mesure de la puissance de course à pied sans capteur externe.

Enfin, vous pouvez également demander à disposer d’autres écrans préréglés comme un retour au point de départ (attention, les indications sont alors à vol d’oiseau), les jauges de fréquence cardiaque, d’allure et de puissance (donnée actuelle, valeur moyenne sur la sortie et valeur max de la sortie), les segments Strava, l’altitude (altitude actuelle, pourcentage de la pente, D+ de l’activité depuis le début), le Hill Splitter (on vous en parle plus bas !), etc.

Vos entraînements

Plusieurs choix s’offrent à vous concernant vos entraînements :

  • Vous lancez simplement une activité et laissez la Grit X enregistrer vos données.
  • Vous utilisez FitSpark. Il s’agit d’une option qui, en fonction de vos données personnelles, de votre historique d’entraînement, de votre état de forme… vous propose divers entraînements clé en main (course à pied, musculation, renforcement, équilibre…). A la pratique, l’option se révèle très utile quand on veut bouger… sans trop savoir quoi faire. J’ai en particulier apprécié les suggestions de circuit de musculation au poids du corps, avec des séances courtes et adaptées à mes capacités.
  • Vous pouvez créer un entraînement fractionné basique sur votre montre. Très bien pour du 30/30 ou des séries de 400 m.
  • Si vous voulez avoir un entraînement plus complexe, vous pouvez le programmer sur Polar Flow (la version ordinateur est ici la plus pratique) et l’envoyer sur la montre. Vous n’aurez alors plus qu’à le lancer et le suivre. A la pratique, la programmation de tels entraînements est moins instinctive et complète que, par exemple, sur Garmin Connect, mais elle conviendra sans souci à la majorité des coureurs. Un regret : ne pas pouvoir utiliser un objectif de puissance (par exemple 5 minutes à 95% de PMA) alors que c’est justement l’une des particularités de Polar.
  • Vous pouvez aussi déterminer un objectif de distance et de chrono, la montre vous dira au fur et à mesure où vous en êtes. Par exemple, je veux faire 20 km en 1h40 : la Grit X affiche votre retard/avance par rapport à l’objectif.

Précision du capteur poignet

Le capteur de la Vantage nous avait favorablement impressionnés à sa sortie, avec des résultats très proches de ceux obtenus par une ceinture cardio. Celui de la Grit X en étant l’évolution, on pouvait s’attendre à des résultats au moins aussi bons. Petite précision : les résultats des capteurs poignet sont très variables d’un individu à l’autre, en fonction de facteurs tels que la couleur de la peau ou… la pilosité !

Globalement, la mesure est cohérente en test croisé avec une ceinture (différentiel de 2 à 3% au plus). Deux exceptions : en début d’activité, le cardio poignet a du mal à « accrocher » la fréquence cardiaque et met du temps à se caler. De même, sur les accélérations brutales, la Grit X n’est pas assez réactive, certains pics de fréquence cardiaque, trop courts, étant même purement et simplement « oubliés » par la montre. On reste cependant dans la moyenne supérieure de ce qui se fait sur le marché, mais pas de secret : pour des données fiables, il faut encore passer par la ceinture !

Précision de la trace GPS.

La Grit X est une montre « outdoor », on l’a donc poussée dans ses retranchements en l’emmenant dans des sous-bois denses pour vois comment elle s’en sort. He bien, bonne surprise : si la trace n’est pas absolument parfaite, avec quelques virages mangés ça ou là, globalement, c’est de très bonne qualité, avec une distance finale légèrement inférieure (de 0,8 à 1,3 %) à la réalité lors des quatre tests faits.

Hill Splitter, la fonction qui monte

Polar intègre une nouveauté à sa Grit X : le Hill Splitter. Il s’agit en fait d’analyser la qualité de vos performances en montée et en descente. Lors de l’activité, sur l’écran dédié, vous trouverez la distance, le dénivelé et l’allure sur la montée/la descente actuelle. On regrettera de ne pas pouvoir configurer cet écran, en y ajoutant par exemple la vitesse ascensionnelle.

Après la sortie, Polar Flow propose d’analyser dans le détail vos performances de « montagnard » sur toutes les montées et descentes rencontrées (durée, distance, D+ ou D-, puissance maximale, allure moyenne et allure maximale. Très utile sur une séance de côte en particulier, afin de voir si on a bien géré l’effort ou si, parti trop vite, on se retrouve avec des performances en berne sur les dernières répétitions.

Fuel Wise, on mange quand ?

Autre nouveauté : Fuel Wise, dédiée au ravitaillement. Rien de bien sorcier : cette fonction permet de mettre des rappels automatiques ou manuels (à intervalles réguliers définis par le coureur) pour signaler au coureur qu’il est temps de boire et/ou manger. La fonction automatique est intéressante car elle se base sur votre fréquence cardiaque : en estimant les calories brulées, elle vous dit qu’il est temps de vous ravitailler. A la pratique, j’ai trouvé que mes besoins en alimentation semblaient surévalués, mais il se peut que je ne me nourrisse pas assez pendant mes sorties ! Après la sortie, sur Polar Flow, vous pouvez retrouver les données Fuel Wise avec une estimation de la proportion de glucides/lipides/protéines utilisés pendant l’entraînement. Le mot « estimation » prend ici toute sa valeur, mais, même approximative, cette donnée peut être utile pour vous guider dans vos choix alimentaires.

Segments Strava

Si vous avez un abonnement payant à Strava, vous pouvez bénéficier des segments en direct sur votre Grit X. Tous vos segments favoris Strava vont apparaître dans Polar Flow (il faut bien entendu en amont lier vos comptes Strava et Polar Flow) et vous pouvez envoyer ceux que vous voulez sur la montre. Lorsque vous approchez du début du segment, un message vous alerte. Puis, une fois sur le segment, vous aurez votre avance/retard sur votre meilleur temps. Regret : votre performance par rapport au meilleur temps du classement Strava ne s’affiche que si vous faites le segment pour la première fois, les fois suivantes, il faudra vous « contenter » de vous battre contre vous-même.

Zonelock

La fonction Zonelock permet de verrouiller une zone de fréquence cardiaque, d’allure ou de puissance à partir de leurs écrans de jauge respectifs. Au cours de l’activité, allez sur la jauge qui vous intéresse et maintenez le bouton Start appuyé quelques secondes : la zone dans laquelle vous vous trouvez est verrouillée et une alerte retentit si vous en sortez.

La navigation

On aurait aimé que la Grit X soit accompagnée de la cartographie, mais ce n’est pas le cas. Le principe est immuable : vous transférez un parcours au format GPS ou TCX sur Polar Flow, qui se « charge » de les envoyer sur la montre. Puis vous suivez la ligne du parcours et la montre vous alerte si vous vous trompez de chemin. Sans carto, on peut douter sur certains embranchements un peu complexes, mais la présence d’un compas magnétique permet de palier partiellement ce défaut.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.