Les 10 points de contrôle du coureur à pied (3)

  • 3. La taille du gros orteil


    Si le gros orteil est plus court que le deuxième doigt de pied, vous avez le pied grec (13,1 % des coureurs). Lors de la phase d’impulsion, le gros orteil ne remplit pas complètement son rôle de soutien et une partie du poids est supportée par la voûte plantaire. Ce mouvement de torsion exagérée sollicite abusivement la jambe et la colonne vertébrale. D’autre part, en raison de la brièveté du gros orteil, les deuxième et troisième métatarsiens (os de la voûte plantaire) sont exposés à des impacts plus importants.
    Cette disposition morphologique augmente les risques de fracture de fatigue des métatarsiens, particulièrement si l’on est un adepte de la course sur la pointe des pieds, en côte ou sur surfaces dures.

    Comment corriger :

    • confection par un podologue de semelles antipronation ;
    • port de chaussures de running à axe droit.

    2. La longueur des jambes

    4. L’écartement des genoux

    Retour au sommaire des 10 points de contrôle du coureur à pied

    Share on facebook
    Facebook
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

    If you agree to these terms, please click here.

    SOYEZ LES PREMIERS INFORMÉS DE NOS BONS PLANS, PROMOTIONS ET NOUVEAUTÉS. INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER JOGGING INTERNATIONAL !!
    This is default text for notification bar