Les 10 points de contrôle du coureur à pied (2)

  • 2. La longueur des jambes


    Le fait d’avoir une jambe plus courte que l’autre peut provoquer une blessure. Il suffit d’une différence de cinq millimètres pour déterminer des douleurs dans la hanche, le bas du dos ou la partie postérieure des jambes.

    Vérifiez vous-même :

    • Longueur totale des jambes

    En position debout, nu et face à un miroir, marquez avec un feutre les deux proéminences osseuses du bassin (un peu en dessous du niveau de l’ombilic). Avec une baguette de bois (règle) placée sur les deux points, vérifiez qu’ils se trouvent à l’horizontale.

    • Longueur des tibias

    En position assise, installé sur une chaise, le dos droit, les pieds à plat sur le sol, talons au contact, posez un niveau à bulle sur les genoux. Si la bulle n’est pas au centre, vous avez un tibia plus court.

    • Hauteur des chevilles

    En position debout, talons joints et pieds dans l’axe de la marche, vérifiez si les bosses osseuses du côté interne des chevilles sont à la même hauteur. Une inégalité oriente vers l’affaissement de l’une des deux voûtes plantaires.

    • Longueur des jambes de pantalon

    Faut-il faire un ourlet différent pour chaque jambe ? Faites faire cette vérification par votre médecin, il vous prescrira des radiographies spéciales si nécessaire. Reste que l’impression d’inégalité des jambes lors de la course, en dehors d’une inégalité vraie, peut provenir également du bassin (rotation d’un côté), des pieds plus ou moins affaissés ou d’une tension exagérée des muscles de la jambe. Il est préférable, afin d’éviter toute source d’erreur -et elles sont nombreuses- de consulter un médecin spécialisé en course à pied, lui-même pratiquant et qui sera à même d’apprécier la réalité du décalage.
    – Radiographie du bassin en charge
    C’est-à-dire debout, les genoux tendus, les pieds tournés vers l’intérieur, les talons écartés et les orteils en contact l’un l’autre.
    – Scanogranune ou orthoradiographie
    Cet examen s’effectue avec une réglette graduée et donne une précision de l’ordre du millimètre, en fragmentant les clichés sur chaque articulation des membres inférieurs. Il faut savoir que la mesure en position couchée, avec un ruban métrique de couturière, se révèle insuffisante et s’apparente à l’utilisation d’un réveille-matin pour chronométrer la finale du 100 m plat des Jeux olympiques.
    Si vous avez une jambe plus courte (vérifiée par radiographie), il est licite de compenser par une semelle correspondant aux deux tiers de la différence mesurée. Dans le cas d’une inégalité sensible (supérieure à dix millimètres), il faudra procéder par étapes.

    Précédent : 1. Le poids du corps

    Suivant :3. La taille du gros orteil

    Retour au sommaire des 10 points de contrôle du coureur à pied

    Share on facebook
    Facebook
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

    If you agree to these terms, please click here.

    SOYEZ LES PREMIERS INFORMÉS DE NOS BONS PLANS, PROMOTIONS ET NOUVEAUTÉS. INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER JOGGING INTERNATIONAL !!
    This is default text for notification bar