Dernière semaine avant marathon : votre plan mental gagnant

  • Si le corps doit être au top pour boucler un marathon, il faut aussi avoir un mental d’acier…qui se prépare jusqu’au dernier moment! 

    Objectif
    Combattre les effets délétères du mauvais stress qui tétanise les muscles, parasite la confiance et peut provoquer un accident cardiaque si la sécrétion d’adrénaline est mal gérée (tachycardie, hausse de la tension artérielle).
    Plan d’action
    Le stress optimise la performance quand il s’accompagne d’une meilleure réactivité cérébrale, musculaire et cardiaque. Si vous vous sentez nerveusement et physiquement épuisé, crispé, la sophrologie va vous aider à transformer ce mauvais stress en bon stress. L’objectif est d’allier relaxation musculaire, respiration profonde et concentration mentale sur une idée positive pour ramener le psychisme et l’organisme au calme. L’idéal est de d’abord faire quelques séances avec un sophrologue pour apprendre à utiliser les outils. Mais, à minima, pour canaliser l’adrénaline, vous pouvez pratiquer régulièrement la respiration abdominale, en inspirant lentement par le nez en gonflant le ventre puis la poitrine et expirer comme en soufflant à travers une paille en relâchant bien les épaules et en laissant le ventre se creuser. Et pratiquer la visualisation positive pour réactiver votre confiance en prenant le temps de vous repasser, en acteur ou spectateur, le film de vos compétitions les plus réussies.

    Warning !

    Sauf avis médical, évitez les bêtabloquants qui brident la performance en début de course et peuvent être dangereux en cas d’asthme. Si besoin, aidez-vous de l’homéopathie (Ignatia 9CH, qui calme palpitations et plexus serré) ou respirez des huiles essentielles (lavande, camomille).

    Share on facebook
    Facebook
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire