Sept montres GPS pour tous les profils de courses à pied

Garmin, Polar, Coros, Suunto… Le monde de la montre GPS est une jungle dont il est difficile de s’extirper en ayant les idées claires. Laquelle choisir, pour quel usage ? A quel budget ? Du coup, on vous offre notre sélection selon votre pratique… et l’état de votre compte en banque !

Pour les routards

Polar Vantage V


La Vantage V, c’est aujourd’hui le haut-de-gamme de chez Polar. Même si depuis quelques mois, la marque a lancé sa Polar Vantage 2. avec de nouvelles fonctionnalités.

A son lancement, la marque avait fortement insisté sur LA nouveauté essentielle, à ses yeux : la mesure de la puissance sans autre accessoire que la montre. Pas besoin de capteur, la montre utilise votre vitesse et les gains/pertes d’altitude grâce à son altimètre barométrique pour vous livrer la précieuse donnée.

Mais la vraie bonne surprise de cette Vantage, c’est la mesure de la fréquence cardiaque au poignet. Les changements d’intensité sont bien pris en compte, il n’y a pas de « creux » inexplicables dans les courbes et il est inutile de serrer la montre jusqu’à ce que la main devienne bleue pour que la mesure soit efficace.

La prise en main se fait plutôt facilement, en particulier grâce à l’écran tactile qui, malgré tout, peut parfois se montrer un peu réfractaire.

Comme c’est la règle désormais quasi-universelle, la Vantage V propose un suivi d’activité (nombre de pas, temps d’activité…) et un suivi continu de la fréquence cardiaque même en-dehors de toute activité.

Les profils sportifs, eux, ne peuvent pas être configurés sur la montre directement. Il faut donc passer par Polar Flow, que ce soit sur le web ou l’appli mobile. Le choix est plus que large, puisqu’on trouve des profils badminton ou patin à glace, par exemple ! A vous, ensuite, de configurer chaque profil à votre goût (zones d’allure, de puissance ou de fréquence cardiaque, alarmes, unités utilisées, disposition des écrans avec une à quatre données par écran) puis de les envoyer sur la montre.

Polar Flow permet également de créer des entraînements (très) personnalisés et de les envoyer à la montre ou de les inclure dans un calendrier. Dernier point : l’autonomie de la Vantage V est censée être de 40h en utilisation GPS+cardio poignet, ce qui se confirme à la pratique : là encore, c’est plus qu’appréciable !

500 € ou 550 € avec ceinture cardio

A découvrir aussi : la montre Polar Grit-X pour le trail !

Garmin Forerunner 245

Pour les « routards », Garmin peut vite se transformer en gros point d’interrogation : Forerunner 45, 245, 645, voire 935 ou 945 ou encore 735 XT et tout récemment 745, si on aime aller tâter du triathlon : laquelle choisir ? Nous avons jeté notre dévolu sur le 245. Parce que le prix est plutôt attractif est que, pour les trois centaines d’euros demandées, vous aurez un produit complet et performant.

La 245 est légère et plutôt discrète, avec un cadran de 42 mm qui n’empêche pas d’avoir une bonne visibilité sur l’ensemble des données. Quelques évolutions notables par rapport à la 235 : à la pratique, l’autonomie est presque doublée (Garmin annonce 24 heures en GPS, on est en fait plus proche des 22 heures) ; la 245 intègre les données de dynamique de course jusque-là réservées aux modèles plus haut de gamme (longueur de foulée, temps de contact au sol, oscillation verticale) ; la possibilité de se voir guider sur un itinéraire (pas de fond de carte mais des flèches qui vous indiquent la direction à prendre). Et ce ne sont là que les différences les plus importantes…

Côté capteur cardio poignet, on se retrouve dans les constats assez habituels en la matière : pas de souci quand on reste sur une allure constante, mais une vraie difficulté pour la montre à suivre les accélérations brusques de la fréquence cardiaque, avec un temps de décalage certain et, parfois, une sous-estimation flagrante de votre FC.

On pourra regretter l’absence d’altimètre barométrique. En revanche, bon point pour le GPS qui donne des tracés d’une précision extrême, bien plus justes, par exemple, que ceux d’une Fenix 5.

On trouve un nombre de profils sportifs relativement restreint mais qui devraient contenter 95 % de la clientèle de ce type de produits : course (avec des options tapis, course en salle et trail, ce qui est un peu délicat sans altimètre barométrique), vélo (avec option home-trainer), natation en piscine (pas de mode eau libre), rameur, marche, musculation (avec décompte automatique du nombre de répétitions, plus ou moins efficace selon les mouvements), vélo elliptique, stepper, yoga et autre.

Pour l’entraînement, pas de souci, la 245 est un coach au poignet. Vous pouvez ainsi programmer des fractionnés simples directement sur la montre, importer des séances plus complètes créées sur Garmin Connect, importer un calendrier complet d’entraînement ou encore utiliser Garmin Coach qui va vous proposer des plans d’entraînement à importer.

Au niveau suivi d’activité quotidienne, on est là aussi dans les clous : suivi de FC, nombre de pas, distance parcourue dans la journée, nombre de calories, sommeil, on reste dans le classique.  

300 € ou 350 € avec lecteur de musique

Retrouvez le test complet de la Garmin 245 (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>=> Retrouvez le test complet de la Garmin 245

Pour les trailers

Garmin fēnix 6

Alors, quoi de neuf pour cette revisite du best-seller de Garmin ? Eh bien, on a envie de dire « Enfin ! » Oui, enfin chez Garmin un capteur cardio poignet à la hauteur. Ici, c’est bien simple, en test croisé avec une version 5 agrémentée d’une ceinture cardio servant de référence, le capteur Elevate de nouvelle génération commet presque un sans-faute, même lors des brusques changements d’intensité. Alors que la cardio poignet de la fēnix 5 était « à la ramasse » sur les fractionnés courts, celui de la 6 suit le mouvement sans problème. Ouf ! Et les nageurs seront ravis d’apprendre que le cardio poignet fonctionne désormais également lors des activités de natation !

Autre excellente nouvelle : une autonomie annoncée respectée avec, pour le modèle 6, 36 heures en mode GPS. Pour info, la 6S est annoncée à 25 heures et la 6X à… 60 heures !

Nouveauté avec l’affichage possible de six champs de données en cours d’activité (voire huit sur la 6X), la prise en compte de l’altitude et de la température dans les données physiologiques (charge d’entraînement, estimation de VO2Max, niveau de stress…).

Sans faute en matière de programmation de l’entraînement, comme toujours chez la marque américaine. Tout est possible : objectif de distance, d’allure, de fréquence cardiaque, l’imagination fait le reste.

Quid de la précision du GPS et de l’altimètre ? Côté trace GPS, Garmin utilise désormais une puce Sony. Sur les parcours « simples », sans trop de virages ou de parties couvertes, pas de souci, le GPS fait du bon boulot. Sur des traces plus compliquées, avec passages en sous-bois et/ou virages serrés, ça se complique un peu, sans que le résultat ne soit dramatique. Passons du côté de l’altimètre, qu’il vaut mieux avoir calibré avant. Une fois ce détail réglé, il joue parfaitement son rôle, avec des profils correspondant parfaitement à la réalité.

Nouveauté : le Pace Pro, qui vous aide à gérer votre course. En gros, vous allez définir une stratégie de course en fonction du parcours, et du dénivelé rencontré.

Parlons un peu cartographie. Première précision : celle-ci n’est pas disponible sur les versions « de base ». Et, honnêtement, ce serait dommage de s’en passer, même si cela demande, peu ou prou, de se libérer de 100 € supplémentaires. La montre est vendue avec des cartes pré-installées, qui dépendent de votre lieu d’achat. Pour suivre un itinéraire, il suffit d’importer une trace au format GPX, de la créer sous Garmin Connect ou d’utiliser celle d’une ancienne activité. La navigation est claire et précise, avec des alertes de virage fort utiles. Mais le vrai bonheur, c’est quand la montre crée votre parcours pour vous : dans les options de navigation, depuis le point dont vous voulez partir, vous choisissez « Définition d’itinéraire en boucle ». La montre vous demande alors la distance souhaitée et la direction à prendre (est, nord, sud, ouest, ou peu importe). La fēnix génère un parcours et vous le propose, avec son profil d’altitude. Si cela vous va, c’est parti, sinon, vous lui en demandez un autre !

De 600 à 950 € selon les options

Retrouvez le test complet de la Garmin fenix 6 (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>=> Retrouvez le test complet de la Garmin fenix 6

Coros Apex Pro

Marque venue très récemment à la montre GPS (sa Pace est sortie en 2018), Coros n’a pas perdu de temps en enchaînant avec une Apex très axée multisports et une Vertix chassant clairement sur les terres de la fenix de Garmin.

L’Apex Pro, dernière venue, est une sorte de mix entre ces deux modèles précédents. La prise en main est un peu déboussolante, avec un écran tactile et trois boutons, dont une couronne centrale permettant de naviguer dans les menus en la tournant. La construction est solide et toutes les fonctions recherchées par le traileur sont là, avec en particulier la navigation (mais sans fond de carte). Coros ne propose pas d’outil de création de parcours, il faudra donc le faire ailleurs ou trouver des traces GPX existantes puis les importer.

On note aussi une autonomie plus que suffisante pour 99% des coureurs : 40 h en enregistrement GPS. Je suis même monté à 42 h lors du test.

Le plus gros regret : la qualité du cardio poignet, qui montre de grosses limites sur les montées de fréquence cardiaque, avec des décrochages assez réguliers. En revanche, les traces GPS sont de qualité.

Autre petit bémol : la montre ne fonctionne qu’avec une appli mobile, aucune plateforme web n’étant disponible à l’heure actuelle. Mais pour un prix plutôt raisonnable (j’ai dit « plutôt »), elle se positionne comme un choix tout à fait valable pour le traileur qui aime aussi tâter de la route, du traiathlon ou de la natation.

499 €

Suunto 9 baro

Comme souvent chez Suunto, on préfère se concentrer sur l’essentiel que de multiplier les fonctions qui n’intéresseront qu’une part infime de coureurs. Avec 25 heures d’autonomie en mode GPS haute précision, il y a là de quoi satisfaire la majorité.

Le mode de fonctionnement est assez instinctif et les affichages de données, entièrement paramétrables comme il se doit, assure là aussi l’essentiel. La présence de l’altimètre barométrique, d’une grande efficacité, la rend très attractive pour le traileur, même si son spectre sportif est bien plus large, puisque les triathlètes y trouveront leur compte, avec un cardio poignet qui aime l’eau !

Ledit cardio présente d’ailleurs des performances plus qu’honorables, avec malgré tout une tendance peu habituelle à la surévaluation de la fréquence cardiaque, alors que, chez les autres marques, c’est en général l’inverse. Les traces GPS sont, elles aussi, de bonne facture, même si elles ont parfois tendance à s’éloigner du chemin vraiment suivi, sans que cela ne change le plus important : la distance finale effectuée. Appréciable : le fait de pouvoir suivre un itinéraire sans lancer d’activité (attention à bien calibrer le compas avant de partir, expérience malheureuse vécue avec une montre perdue en forêt !). Moins appréciable : l’absence de fond de carte. Enfin, la programmation d’entraînements fractionnés est assez limitée, mais le public visé ne s’en émouvra sans doute pas !

Bonne nouvelle, Suunto a lancé d’importantes mises à jour en septembre dernier.

490 €

Pour les petits budgets

Polar M430

Elle commence à dater, cette M430, puisqu’elle est sortie en 2017. Autant dire des siècles dans un marché en mouvement perpétuel ! Mais il serait dommage de la laisser de côté si on cherche à s’équiper à prix réduit. D’autant qu’elle bénéficie d’un capteur cardio poignet d’une précision bluffante, puisque, sur quatre sorties récentes (et alors que je n’avais pas sorti la montre depuis une bonne année et demie), elle fait jeu égal avec une fenix 6 équipée d’une ceinture cardio : 5 battements par minute de différence tout au plus.

Les traces GPS sont globalement correctes, avec cependant des écarts assez constants de quelques mètres par rapports aux chemins réellement empruntés. En revanche, l’altimètre GPS est « à la ramasse » par rapport à un équivalent barométrique, mais le public cible de la M430 n’est clairement pas le traileur pour lequel la mesure d’altitude est une donnée de grande importance. On est donc face à un produit solide et bon marché, assez complet avec la programmation de sorties en fractionné via Polar Flow.

199,90 €

Kiprun GPS 550

Comme souvent en matière d’équipement à petit prix, c’est vers Decathlon, et sa filiale Kiprun, qu’il faut se tourner. Pour moins de 100 €, vous aurez l’essentiel : une montre GPS avec cardio poignet et possibilité de programmer des entraînements de façon relativement souple, puisque vous pourrez définir des distances, des temps, des zones cibles (de fréquence cardiaque par exemple)…

A partir du 10 décembre, le géant français propose une nouvelle fonction sur le 550, et pas des moindres : le mode natation en piscine. Il suffit de mettre à jour sa montre pour pouvoir en profiter.

L’appli et la plateforme Decathlon Coach sont simples et conviviales, avec là encore l’essentiel, sachant que vous pouvez ensuite envoyer vos activités vers Strava. En termes de performances, le cardio poignet n’est pas d’une grande fiabilité, avec un long délai entre les augmentations de FC et leur prise en compte par le capteur, mais la montre peut se coupler à une ceinture cardio.

Les traces GPS, elles, sont plutôt bien respectueuses de la réalité du terrain, même si ça se complique parfois un peu en environnement dense (sous-bois, grosse densité d’immeubles). Mais pour 99 €, vous avez là un modèle qui satisfera les coureurs les moins portés sur les technologies de pointe, puisqu’il assure l’essentiel.

99 €

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.