• Que valent les masques pour courir ?

    Si ce n’est pas la tendance, (et on espère sincèrement que ça ne le sera pas), les masques pour courir sont de plus en plus fréquents sur le marché. Labellisés par l’Afnor, l’Association française de normalisation, avec la norme SPEC-S70 001, ces masques sont certifiés pour la pratique du sport et notamment de la course à pied. Nous avons pu en tester trois ces derniers jours. Voici notre avis.

    Salomon Sport Mask : le plus atypique

    Selon la marque, ce masque filtre jusqu’à 90% des particules extérieures, de quoi le ranger dans la catégorie des masques labellisés. Visuellement c’est sans doute le plus « hors du commun ». On retrouve en effet un sorte de coque qui constitue presque entièrement le masque. Celle-ci est reliée de chaque côté à des morceaux de tissus très légers et agréables au toucher qui viennent se plaquer sur les joues. La coque, elle, est pliée au niveau central. Construite de manière plus rigide que le reste du masque par une « grille » placée à l’intérieur, elle se compose d’un pince-nez. Le nez est ainsi enveloppé tandis que la bouche et l’espace entre les lèvres et le nez ne touchent pas le tissu. Des trois testés, c’est celui qui vient recouvrir le moins le visage et donc le moins « empiétant ».

    Notre avis 


    En station statique, on est d’abord étonné par cette impression de ne rien porter. On retrouve une petite barrette au niveau du nez pour venir l’envelopper. Ce pince-nez s’avère finalement un peu trop petit pour s’adapter complètement à l’arête du nez. Résultat, l’air a de quoi circuler via le haut du masque. Particularité de ce masque, il est maintenu par des cordons qui viennent se placer derrière les oreilles. Ces derniers sont assez légers et fins ce qui fait qu’on les sent très peu. Ils ont aussi l’avantage d’être réglables. En course, malgré les réglages, le masque à tout de même tendance à bouger. Il remontait assez régulièrement ce qui fait que j’ai dû m’employer pour le remettre dans sa bonne position à plusieurs reprises. L’humidité est correctement évacuée grâce à la présence d’un mesh en TPU dans la partie interne. Le problème est que cette coque en plastique, même très légère, peut rapidement provoquer des irritations ou une gêne, surtout quand le masque bouge. Comme les autres masques, plus la vitesse augmente, plus la sensation d’étouffement apparaît malgré une bonne respirabilité.

    Prix : 18€

    Thuasne sport – Activ’Security Sport : le plus chaud

    Ce masque conçu par le spécialiste des dispositifs médicaux est celui qui s’apparente le plus à un masque en tissu classique. On retrouve une construction en tricot perforé au niveau du nez et la bouche pour améliorer la respirabilité. Comme les autres masques, le nez et la bouche ne sont pas en contact avec le tissu directement grâce à la forme qui permet de mettre un peu de distance. La marque annonce la présence de la technologie Combitex qui « améliore l’évacuation et l’humidité vers l’extérieur ». Il s’agit d’un masque construit en une seule pièce qui filtre près de 99% des particules selon la marque.

    Notre avis 

    Le masque est très doux et vient parfaitement envelopper le visage. Les lanières extensibles pour maintenir le masque ne bougent pas et permettent en même temps une mise en place simple. J’ai particulièrement apprécié la longue barrette nasale qui est à placer soi-même. Toute la partie au-dessus du nez est ainsi ajustable. On peut fermer complètement le masque tout comme on peut, à sa guise, laisser passer un peu d’air. Un option appréciable, car il faut bien le dire, le masque Thuasne est le moins respirant des trois testés. Même s’il est agréable, on a rapidement très chaud. La sensation d’étouffement est malheureusement belle et bien présente quand on augmente l’allure.

    Prix : 9.95€

    Boldoduc – Boldo’Air Sport : le plus ajusté

    Boldoduc est une entreprise basée à Lyon spécialisée dans les solutions d’emballage, de protection et d’habillement. Elle s’est rapidement consacrée à la réalisation de masques pour pallier la pénurie d’équipements au printemps 2020. Depuis, elle a conçu un masque spécifiquement destiné à la pratique du sport. On retrouve ainsi un masque qui vient recouvrir une très large partie du visage avec une conception d’un seul tenant. Les lanières sont très extensibles et le masque est fabriqué en monocouche permettant de filtrer plus de 90% des particules.

    Notre avis 

    Le Boldo’Air est d’abord surprenant par sa forme. On retrouve en effet une barrette en plein milieu du masque placée de manière verticale, c’est-à-dire qui s’étend du haut du nez jusque sous le menton. C’est, personnellement, la première fois que je voyais un masque avec cette forme. L’impression visuelle donne l’effet d’un grand bec d’oiseau. L’avantage de ce procédé est de bien éloigner le tissus de la bouche et des narines. Parfait pour bien respirer. Le reste du visage est complètement recouvert et ce de manière hermétique grâce à un ajustement parfait. Le masque est réalisé d’un seul tenant. Les lanières se retrouvent donc dans la continuité de la partie qui recouvre le visage, sans la moindre coutures qui pourraient provoquer des irritations. On est ici sur le masque le plus adapté à mon goût. On respire correctement et l’humidité est bien évacuée.

    Prix : 14.90€

    Conclusion : difficile de vraiment courir avec un masque

    A ma grande surprise, je constate qu’il est tout de même largement possible de courir une heure à des allures plus ou moins rapides avec ces trois masques. Notamment grâce à leur conception qui évite l’effet ventouse. Chacun ont leur qualité et leur défaut. De manière globale, je constate que l’humidité, si elle s’évacue, est tout de même présente au bout d’un certain temps. Les trois masques étaient légèrement mouillés au niveau de la bouche au bout d’une demi-heure de course. A chaque fois j’ai pu aisément courir à des allures variées allant jusqu’à 4min au kilomètre, sans difficulté majeure. Mes paramètres comme la fréquence cardiaque n’ayant pas bougé, que ce soit avec ou sans le masque. La notion d’inconfort est plus ou moins présente, ce qui génère une véritable impression de sous-performance. Ce qui n’est cependant pas prouvé dans les paramètres calculés. Je conseille tout de même les masques légers (surtout pour cet été) et construit d’un seul tenant pour éviter les frottements, même si les lanières ajustables comme le masque de Salomon ont également leurs avantages.

    Share on facebook
    Facebook
    Share on google
    Google+
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

    If you agree to these terms, please click here.