Chaussures de course à pied : les coups de cœur 2020 de la rédaction

La fin de l’année 2020 approchant, l’équipe de testeurs de Jogging International vous fait part de ses chaussures coups de cœur de l’année. Car malgré la crise sanitaire et le calendrier des courses largement chamboulé, les équipementiers, eux, ont continué de proposer de nouvelles paires pour courir. Voici donc les meilleures chaussures trail et route selon les deux testeurs de la rédaction.

Chaussures de course à pied route

Adidas Adizero Adios Pro


Alors qu’on pensait Nike à des années-lumière de la concurrence en matière de modèles carbone à très haute vitesse, Adidas a frappé un grand coup avec cette Adizero Adios Pro. Sur le papier, on retrouve chez les 3 bandes ce qui a fait le succès des modèles en mode virgule, Alphafly et Vaporfly en tête. Avec en particulier cette quantité phénoménale de mousse sous le pied (4 cm sous le talon, 3 cm sous l’avant-pied, pour un drop lui aussi conséquent de 10 mm). On continue avec une tige hyper respirante et souple ; une semelle intermédiaire faite de deux couches de mousse Lightstrike Pro au milieu desquelles on trouve la technologie EnergyRods, composée de cinq tiges de carbone suivant les métatarses, et surmontée d’une plaque nylon-carbone ; une semelle extérieure assez étonnante car totalement lisse.

Avec tout ça, on se retrouve avec des sensations aussi étonnantes que plaisantes dès les premières foulées : cette impression de littéralement rebondir sur chaque appui sans aucune perte d’énergie. On enchaîne les kilomètres en variant les allures à l’envi. Parce que la Adizero Adios Pro se comporte déjà très bien en footing léger. Mais ce n’est pas son domaine de prédilection, alors on accélère le rythme. En attaque avant-pied, la grande vitesse s’atteint avec aisance. Le plus marquant, ici, est cette impression de pouvoir maintenir une allure élevée sur une longue durée sans fatiguer. Ce qui se confirme à la pratique, sous deux aspects : sur le coup, j’ai pu tenir mon allure habituelle sur 10 km… sur 15 km. Et, le lendemain, aucune gêne ou courbature au niveau de la chaîne postérieure alors qu’en temps normal, je me retrouve avec des mollets, ischios et fessiers qui, a minima, grincent un peu. De bon augure dans une optique marathon. Bref, Adidas semble ici avoir trouvé la bonne formule pour aller chatouiller Nike sur son terrain !

Brooks Hyperion Tempo

En tout début d’année 2020, la marque américaine annonçait l’arrivée sur le marché da sa nouvelle technologie de semelle intermédiaire : le DNA Flash. Une mousse infusée à l’azote pour plus de légèreté à l’aspect visuel cyan (du jamais vu encore). Détonnant et efficace. Si on retrouve cette innovation aujourd’hui sur la Brooks Hyperion Elite 2 ainsi que la Brooks Catamount (trail), la toute première chaussure à l’avoir testée est bien la Brooks Hypertion Tempo, un modèle dévolue à l’entraînement des coureurs élites. Mais qui fera l’affaire pour la majorité des coureurs en mode compétition.

Outre la légèreté du modèle quand on le saisi dans les mains (210 grammes), c’est surtout le ressenti une fois aux pieds qui est bluffant. La Tempo n’est ni la plus légère, ni la plus amortissante, ni la plus réactive, ni la plus confortable mais paradoxalement, c’est la seule parmi toutes les chaussures testées en 2020 qui marie à merveille l’ensemble de ces paramètres. Et clairement, c’est la chaussure route dans laquelle je me suis senti le mieux. Cette sensation est aussi accentuée par son chaussant, ajusté à merveille grâce à la souplesse de sa tige en mesh tissé. Un mesh globalement fin, léger, aérien, respirant et strech ce qui permet de s’adapter à la perfection aux pieds. On y retrouve aussi une géométrie à l’avant de sa semelle relativement large, permettant un excellent soutien et une stabilité optimale. Elle est efficace pour tous les types d’entraînement. C’est tout bonnement la chaussure avec laquelle je pourrais partir sur toutes les courses car je sais qu’elle ne fera pas défaut et que tous les paramètres me conviennent.

Chaussure de trail-running

New Balance Hierro V5

La Hierro première du nom, je l’ai donc usée jusqu’à la corde, tout comme la V2. J’avais « zappé » la V3 mais la V4 m’avait plutôt déçu : certes, on gagnait largement en accroche avec le passage à une semelle extérieure Vibram MegaGrip, mais le système de chausson me serrait tellement le pied que j’avais dû les ranger au bout de deux ou trois sorties… Alors, quid de la V5 ? Première sensation : l’abandon du système de chausson permet au pied de bien prendre sa place. A la pratique, on est sur une chaussure qui va parfaitement passer les longues distances : amorti, accroche et confort sont ses fers de lance. Les coureurs les plus lourds ou voulant tout miser sur le confort de course pourront même les emmener sur des distances intermédiaires (à partir de 30 km), mais ce n’est pas là qu’elles brilleront le plus. Non, ces V5 sont faites pour durer et endurer, et elles le font bien. Si on m’avait dit il y a quelques années que je ferais rimer ultra et New Balance. Alors, certes, la belle est un rien lourde, mais quand on veut manger les kilomètres par dizaines (et centaines…), ça demeure assez secondaire. Un vrai coup de cœur !

Merrell Bare Access

N’étant pas un grand fan du drop zéro, de par ma façon de courir, c’est toujours avec une petite appréhension que je m’aventure à tester des chaussures dîtes minimalistes. Une appréhension rapidement évaporée au contact de cette Merrell Bare Access. D’abord parce qu’elle offre un chaussant avec une large toe-box, qui permet un confort optimal. Un confort qui perdure à chaque foulée grâce à un maintien impeccable, une stabilité accrue et un amorti bel et bien présent. En effet, malgré ses aspects minimalistes, ce modèle n’en demeure pas moins rassurant. La hauteur de la semelle est conséquente pour une minimaliste (17 mm) mais reste assez faible pour ressentir correctement les aspérités de la route empruntée. Son chaussant parfaitement adapté à la morphologie de mes pieds me permet d’être complètement maître de mon guidage, une sensation que l’on tend à retrouver de moins en moins sur la plupart des modèles.

C’est donc un véritable modèle hybride selon moi, qui ne fait pas dans l’excès du minimalisme tout en permettant de retrouver de véritables sensations proches du terrain. Une chaussure polyvalente également dans son usage. Elle n’est pas faîte pour courir un 10 km route, ni même pour arpenter les sentiers boueux que proposent les forêts en ce moment, mais elle tire son épingle du jeu sur les chemins de campagnes, parsemés de cailloux, de racines, d’ornières ou encore les larges clairières et même sur quelques portions un peu plus dures que peuvent proposer certaines traces de trail. Enfin, elles restent selon moi, les chaussures idéales pour une transition en douceurs vers le minimalisme.

=> Retrouvez tous les tests de chaussures et accessoires de courses à pied

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire