Advertisement
  • Benoît Laval reprend Raidlight

    Après quatre années passées sous le giron de l’entreprise Rossignol, la marque Raidlight retrouve son indépendance. La société a été rachetée par son fondateur, Benoît Laval avec la collaboration de Vincent Thibaudat, ex directeur-général ainsi qu’un groupe d’une vingtaine d’actionnaires. La marque Vertical suit le même mouvement.

    Fondée en 1999, du côté de Saint-Genest-Malifaux, par Benoît Laval, Raidligth était entrée dans le groupe Rossignol en août 2016 avec pour objectif d’augmenter le chiffre d’affaire en se développant notamment à l’étranger. « Les choses ne se sont passées tout à fait comme on l’avait prévu. L’intégration dans les filiales pour développer le chiffre d’affaire ne s’est pas faîte. On est passé d’une entreprise agile, réactive et proche du terrain à une entreprise où tout est plus lourd, tout est plus compliqué« , explique Benoît Laval que nous avons rencontré au sein de siège social de l’équipementier, à Saint-Pierre-de-Chartreuse.

    Les ateliers de production de Saint-Pierre-de-Chartreuse vont reprendre

    Le chiffre d’affaire de Raidlight est de 8 millions d’euros. « Nous allons reprendre avec une difficulté économique liée à la crise sanitaire mais globalement Raidligth est une marque en bonne santé« , précise Benoît Laval. « L’idée est de rester sur le trail et la course à pied mais nous allons bien évidemment continuer à innover avec des produits plus légers et efficaces. » La reprise se fait avec une grande partie des anciens associés d’avant 2016. « Nous souhaitons retrouver ce qui marchait avant : du dynamisme, de l’agilité, de la proximité avec le client tout en relançant notre made in France.« . Pour rappel, Rossignol avait décidé de fermer les ateliers de Saint-Pierre-de-Chartreuse, d’où est notamment fabriquée une gamme de sac de trail, fin janvier 2020. « Tout est resté en l’état… grâce au COVID-19 car les machines étaient sur le point de déménager« . 25 personnes travaillent sur le site de production de la petite station du massif de la Chartreuse. Sur place, l’activité devrait reprendre dans les tout prochains jours. Tout n’est pas à jeter de ces quatre années de collaboration insiste Benoît Laval « Avec Rossignol, nous avons pu développer notre gamme de chaussure grâce à leur expertise. Nous avons aussi beaucoup appris sur la structuration de l’entreprise« .

    Share on facebook
    Facebook
    Share on google
    Google+
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

    If you agree to these terms, please click here.