--
  • De la vitesse au marathon : les bienfaits du 800 m en 5 points

  • Et si le 800 m était la distance idéale pour fractionner lorsqu’on veut se simplifier la vie ? Ni trop longue, ni trop courte, cette distance permet aussi bien d’améliorer sa vitesse que de préparer son marathon. Explications.

    Le 800 m permet aussi bien de travailler sa vitesse que de préparer un marathon. | Photo Vincent Lyky

    Le 800 m est la plus courte distance de demi-fond. Le champion olympique de la distance, le Kényan David Rudisha, a battu le record du monde à Londres en 2012 avec un chrono en 1 mn 40 s 91. Il court donc le 800 m à près de 30 km/h. Mais rassurez-vous, il ne sera pas question de l’imiter. Si le 800 m est une bonne distance pour améliorer sa vitesse, on peut aussi l’utiliser pour préparer son marathon. Paradoxal ? Au contraire.

    1 / Une distance très accessible

    Plus facile que le 1 000 m, le 800 m permet au coureur de tenir le rythme sans (trop) faiblir (200 m d’effort en plus, ça compte !). Il peut même s’habituer à terminer légèrement plus vite le second 400 m pour apprendre à finir fort en compétition. Le 800 m permet d’avoir une meilleure aisance respiratoire et de bien travailler sa capacité aérobie.

    On peut courir plusieurs 800 m pour développer ses qualités de vitesse, mais aussi fractionner sur cette distance dans le cadre d’une préparation marathon ou semi-marathon.

    2 / Aussi bien sur piste qu’en nature

    Facile à repérer, le 800 m représente deux tours d’une piste d’athlétisme. Mais on peut également fractionner en nature en balisant son parcours. Si, par exemple, vous faites vos sorties longues à 10 km/h (soit 4 mn 48 s sur 800 m), courez à votre allure habituelle durant 4 mn 48 et repérez la distance parcourue. Vous aurez balisé votre 800 m en nature.

    3 / Un bon entraînement du 10 kil’ au marathon

    Un coureur de 10 km pourra répéter ses 800 m à VMA (soit 100 % de sa fréquence cardiaque maximale) s’il souhaite améliorer ses records. Le coureur de semi-marathon courra sur un rythme de 5 km (95 % de sa FCM) et le marathonien programmera des séances de 800 m à la vitesse moyenne de son niveau du moment sur 10 km.

    4 / Utile durant toute votre préparation

    Prenons l’exemple d’une préparation pour le marathon. On courra des 800 m une fois par semaine durant 8 ou 10 semaines selon la durée de sa préparation.

    Dans le cadre d’une préparation en 10 semaines, on commencera par 4 à 5 répétitions (avec 200 m de footing de récupération), puis on augmentera jusqu’à atteindre 10 x 800 m en 7e et 8e semaine, avant de redescendre à 7 x 800 m en 9e semaine puis 3 x 800 m la dernière semaine.

    Pour un 10 km préparé en 5 semaines, on montera jusqu’à 8 répétitions pour redescendre à 3 en dernière semaine. Idem pour le semi.

    5 / Une étonnante méthode marathon

    Bart Yasso, marathonien et journaliste américain, a inventé une intéressante méthode pour le marathon, très simple à mettre en place. En clair, si votre objectif est de réaliser 3 h 30 lors de votre prochain marathon, vous devez, durant votre préparation spécifique, courir vos 800 m en 3 mn 30 s (selon la fréquence indiquée précédemment). Pour un objectif de 3 heures, vous courrez vos 800 m en 3 mn ; pour un objectif de 4 heures, en 4 mn, etc.

    Les néophytes qui envisagent de terminer leur premier marathon en dessous de 5 heures sont également concernés. Ils feront leurs 800 m en 5 mn, soit à un peu moins de 10 km/h, le reste de leur entraînement devant être couru à 7 à 9 km/h. Car, bien entendu, cette méthode n’exclut pas tout le travail d’endurance nécessaire au 42 km.

    Facebook
    Twitter
    LinkedIn
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    SOYEZ LES PREMIERS INFORMÉS DE NOS BONS PLANS, PROMOTIONS ET NOUVEAUTÉS. INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER JOGGING INTERNATIONAL !!
    This is default text for notification bar