• 6 conseils pour bien débuter cet été

  • Débuter la course à pied ne s’improvise pas. Surtout après 35 – 40 ans, âge à partir duquel mieux vaut prendre quelques précautions. Voici quelques conseils à suivre pour un démarrage en douceur et zéro risque de blessure.

    1. Un équipement adéquat

    Les chaussures de running doivent être choisies en fonction de votre poids, de votre morphologie et de votre type de foulée (supinateur, pronateur ou neutre). Il est également fondamental de choisir des vêtements adaptés pour une bonne régulation de la température du corps et de la transpiration.

    2. L’échauffement

    Un exercice obligatoire pour mettre ses muscles, ses articulations, ses tendons, ses poumons et son cœur en charge de façon progressive. Pour vos débuts en course, commencez votre sortie en marchant, puis accélérez le pas jusqu’à trottiner à la foulée qui vous semble la plus adaptée. En été 10 minutes d’échauffement suffisent.

    3. La course

    Le coureur débutant doit être en aisance respiratoire. Il faut être capable de parler en courant. Adaptez votre allure à ce précepte, quitte à devoir mettre votre orgueil de côté durant quelques séances. Souffrir n’est pas un signe de progrès mais la meilleure façon de se dégoûter.

    Alternez marche et course : 1 mn en trottinant puis 4 mn de marche (à répéter six fois). Puis, progressivement, diminuez la durée de marche et augmentez la durée de course jusqu’à ne plus marcher. Au début, courez sur sol meuble (forêt, chemins) plutôt que sur macadam.

    4. Régularité et progressivité

    Pour débuter le jogging sans se blesser, il faut courir deux ou trois fois par semaine et maxi 30 mn au départ. Privilégiez la régularité plutôt que l’intensité. Trois fois 30 mn par semaine valent mieux qu’une sortie de 1 h 30 d’un coup.

    La progressivité concerne à la fois l’intensité, la durée et la fréquence des entraînements. On ne passe pas d’une vie sans sport à un entraînement de cinq séances hebdomadaires. Il faut laisser au corps le temps de s’habituer à l’effort. Et aux articulations, le temps de se renforcer pour supporter votre poids et les impacts au sol.

    5. Varier les plaisirs

    Le cyclisme ou la natation peuvent vous permettre de faire travailler des groupes musculaires différents et rendre plus ludique la reprise. Le renforcement musculaire (gainage, abdos) est important contre le mal de dos.

    6. Hydratation

    Il ne faut surtout pas attendre d’avoir soif pour boire. Durant l’effort, il est conseillé de boire régulièrement : toutes les 10 à 15 mn, avalez deux grandes gorgées de 100 à 200 ml. Et buvez davantage en altitude et s’il fait chaud ou froid.

    Share on facebook
    Facebook
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

    If you agree to these terms, please click here.