Advertisement
  • 30, 40, 50 ans… : Pas d’âge pour se mettre à courir (suite)

    Lire le début de l’article : 30, 40, 50 ans… Pas d’âge pour se mettre à courir

    Quel que soit votre âge, les indispensables examens médicaux

    Quel que soit votre âge, la pratique de la course à pied doit être conditionnée à une visite médicale passée chez votre médecin. C’est la voie de la sagesse et de la prudence. Cette visite sera accompagnée d’examens complémentaires orientés, selon l’âge du patient, mais aussi de ses antécédents médicaux et sportifs. Le médecin devra rechercher d’éventuelles contre-indications à la pratique de la course à pied mais aussi, même s’il n’est pas entraîneur, orienter le futur joggeur sur le rythme et l’intensité des sorties dans le but de prévenir les pathologies liées à la pratique de la course à pied.
    Que ce soit à 30, 40 ou encore 50 ans le futur joggeur devra au minimum passer un examen clinique cardio-vasculaire mais aussi ostéo-articulaire complet associé à un électrocardiogramme si ce dernier n’a jamais été fait. Le test de Ruffier sera réalisé au cabinet, il est devenu incontournable et fait office de signal d’alarme en cas de mauvaise tolérance cardiaque à l’effort. Il s’agit de réaliser 30 flexions des genoux en 45 secondes et de déterminer l’évolution de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle au repos, à la fin de l’effort et après une minute de récupération. Un examen biologique avec au minimum un dosage du cholestérol, des triglycérides et de la glycémie sera demandé si la dernière analyse remonte à plus de cinq ans.
    A 30 ans, si le sujet présente un facteur de risque de pathologie cardio-vasculaire, et systématiquement à partir de 40 ans et au-delà pour prévenir tous risques, le test d’effort dans un centre médical spécialisé sera souhaitable. Enfin à partir de 40 ans, le coureur étant plus exposé au risque de tendinites (les tendons perdent leur élasticité), d’accidents musculaires (muscles moins résistants) et de problèmes cartilagineux, le médecin invitera son patient-sportif à ne jamais négligé l’échauffement très lent et les étirements avant la séance.

    Pour connaître votre Fréquence cardiaque maximale

    La voie royale pour connaître votre Fréquence Cardiaque Maximale (FCM) et en déduire, avec l’aide du cardiofréquencemètre, le pourcentage correspondant aux allures d’endurance fondamentale (65 à 80 % de la FCM)), d’endurance active ou résistance douce (80 à 90 %), voire de résistance (90 à 95 %) que nous proposons dans les plans, est de passer un test d’effort sur tapis roulant dans un centre de médecine du sport. Toutefois si vous débutez la course à pied sans aucune référence sportive, vous pouvez, au début, utiliser la formule 220 – votre âge. (Exemple : 220 – 40 ans = 180 pulsations-minutes) ou utiliser notre calculateur pour définir vos zones ! Le coureur un peu plus expérimenté pourra ensuite faire un test de terrain (piste d’athlétisme si possible) sur 1 000 m, à allure progressive, mais en courant à fond les 200 derniers mètres.

    Lire la suite :les plans d’entraînement adaptés selon votre âge

    Share on facebook
    Facebook
    Share on google
    Google+
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire