• Premiers extraits de « Born to run » en exclusivité [3/5]

    Bible du minimalisme aux USA, oeuvre fondamentale pour toute une génération de coureurs, Born to Run, le livre culte de Christopher McDougall est enfin traduit en français après plus de trois ans d’attente. Récits d’aventures et de courses, portraits haut en couleur, anthropologie et science se télescopent dans ce docu-roman captivant. La trame : un journaliste américain, runner à ses heures, se lance sur la piste d’une tribu indienne de super athlètes insaisissable, les Tarahumaras.

     » Je le remerciai, promis de suivre son conseil et me précipitai
    chez un concurrent. Le Dr Torg commençait à se faire vieux.
    Peut-être était-il devenu un peu conservateur et trop porté sur la
    cortisone. Un ami chirurgien me recommanda un podologue du
    sport qui était également marathonien, avec lequel je pris rendezvous
    la semaine suivante.
    Il fit de nouvelles radios, puis palpa mon pied.
    — On dirait bien que vous avez une subluxation du cuboïde.
    Je peux calmer l’inflammation avec un peu de cortisone, mais vous
    aurez besoin de semelles orthopédiques, m’expliqua-il.
    — Merde ! C’est exactement ce qu’a dit Torg, marmonnai-je.
    Parti chercher une seringue, il se ravisa aussitôt.
    — Vous êtes déjà allé voir Torg ?
    — Oui.
    — Vous avez déjà eu une infiltration ?
    — Euh… Ouais.
    — Alors qu’est-ce que vous faites là ? s’étonna-t-il avec une
    pointe d’impatience et de suspicion, comme s’il imaginait que
    j’adorais voir des seringues s’enfoncer dans la partie la plus tendre
    de mon pied. Peut-être me prenait-il pour un junky sadomaso,
    aussi accro à la douleur qu’aux antalgiques.
    — Vous vous rendez bien compte que le Dr Torg est le père
    de la médecine sportive, n’est-ce pas ? Ses diagnostics font en
    général autorité.
    — Je sais. Je voulais juste un deuxième avis.
    — Je ne vais pas vous faire de nouvelle infiltration, mais on
    peut prendre rendez-vous pour les semelles. Et vous devriez vraiment
    songer à trouver une autre activité que la course.
    — C’est normal, me dis-je. Il est meilleur coureur que je
    ne le serai jamais et il a confirmé le verdict d’un médecin qu’il
    considère comme un as de la chirurgie sportive. Pas question de
    contester son diagnostic… J’ai donc cherché quelqu’un d’autre.

    Je ne suis ni têtu ni complètement dingue de la course à
    pied. Sur le total des kilomètres que j’ai parcourus, une bonne
    moitié l’a été avec une douleur quelconque. J’avais lu Le Monde
    selon Garp 20 ans auparavant, mais je n’avais pas oublié cette scène
    insignifiante (pas celle à laquelle vous pensez) où Garp passait la
    porte en trombe pour aller courir huit kilomètres au beau milieu
    de sa journée de travail. C’est un sentiment universel parce que
    la course fait appel à nos pulsions les plus primitives : la crainte et
    le plaisir. On court quand on a peur et quand on est fou de joie,
    on fuit les problèmes et on s’en paye une bonne tranche.
    Et c’est quand ça va le plus mal qu’on court le plus. Par trois
    fois, la course à pied a été très en vogue aux États-Unis. La première,
    c’était lors de la Grande Dépression. Plus de 200 coureurs
    donnaient le ton en couvrant 65 kilomètres par jour dans le cadre
    de la Great American Footrace, qui traversait le pays. La course à
    pied a ensuite sombré dans l’oubli pour rejaillir à nouveau dans
    les années 1970, alors qu’on essayait de digérer le Vietnam, la
    Guerre froide, les émeutes raciales, un président hors la loi et
    le meurtre de trois grands dirigeants. Et le troisième boom de la
    course de fond ? Un an après les attentats du 11 septembre, le
    trail est soudain devenu le sport outdoor à la plus forte croissance
    aux États-Unis.

    Peut-être est-ce une coïncidence ? Ou peut-être y
    a-t-il dans la psyché humaine un mécanisme ou une réponse type
    qui stimule nos aptitudes les plus critiques lorsque les prédateurs
    approchent ? Pour l’évacuation du stress et le plaisir physique, on
    découvre la course à pied avant la sexualité. L’équipement et l’envie
    sont de série. Il n’y a qu’à se laisser aller et sortir faire un tour.
    Voilà ce que je cherchais. Je n’avais pas besoin d’un bout de
    plastique hors de prix à glisser dans mes chaussures, ni d’une dose
    mensuelle d’antalgiques, mais seulement de laisser faire la nature
    sans tomber en morceaux. Je n’aimais pas courir mais je voulais le
    faire. C’est ce qui m’a amené au troisième médecin : le Dr Irene
    Davis, experte en biomécanique et directrice de la Running Injury
    Clinic (Clinique de la course à pied), à l’université du Delaware.

    Le Dr Davis me mit sur un tapis de course, d’abord pieds nus
    puis avec trois types de chaussures différents. Elle me fit marcher,
    trottiner et remuer. Elle me fit passer dans un sens puis dans
    l’autre sur un capteur de pression pour mesurer les impacts de
    mes appuis. Horrifié, je vis ensuite le résultat en vidéo.
    Dans mon esprit, je suis léger et vif comme un Navajo sur
    le sentier de la guerre. Ce type à l’écran, c’était Frankenstein
    s’essayant au tango. Je m’agitais tellement que ma tête sortait du
    cadre. Mes bras battaient d’avant en arrière comme ceux d’un
    supporter après une reprise de volée en pleine lucarne et mon 48
    fillette s’abattait avec une telle force qu’un mambo semblait jouer
    en fond sonore. Comme si ça ne suffisait pas, le Dr Davis mit le
    ralenti et nous pûmes voir en détail mon pied droit vriller vers
    l’extérieur, mon genou s’enfoncer et mon dos ruer si violemment
    qu’on m’aurait pris pour un épileptique en pleine crise. Je me
    demandais même comment je parvenais à avancer avec tous ces
    soubresauts, ces embardées et ces gesticulations.

    — Bon, dis-je. Quelle est la bonne façon de courir ?
    — C’est l’éternelle question, fit le Dr Davis.
    Quant à la réponse éternelle… Eh bien, c’était un peu
    compliqué. Je pouvais redresser ma foulée et amortir davantage
    en posant le pied sur la plante plutôt que sur l’os quasi à nu de
    mon talon… mais je ne ferais que troquer un problème pour
    un autre. Tâtonner à la recherche d’une nouvelle foulée risquait
    d’accroître les traumatismes d’un talon et d’un tendon d’Achille
    qui n’y sont pas habitués et d’apporter un nouveau lot de blessures.
    — Courir est pénible pour les jambes, souligna le Dr Davis.
    « En particulier pour toi, mon grand ! » aurait-elle ajouté si elle
    n’avait pas été aussi polie et affable « .

    Retrouvez tous les jours, sur le site et en exclusivité, les bonnes feuilles du livre événement de la rentrée. Retrouvez le quatrième extrait en cliquant sur ce lien.

    Share on facebook
    Facebook
    Share on google
    Google+
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire

    For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

    If you agree to these terms, please click here.