Entorse de la cheville : A ne pas traiter par dessous la jambe

  • L’entorse de la cheville en course à pied, du fait de sa fréquente banalité, est souvent négligée par le coureur, d’autant que dans son entourage il a pu rencontrer d’autres cas où “c’est passé tout seul”. Erreur.


    Le terme d’entorse englobe plusieurs degrés de lésions ligamentaires.

    Cela va de la simple foulure qui, effectivement, “guérit” toute seule en 48 heures, à la rupture complète du ligament qui, chez le sportif soucieux de reprendre ses activités au même niveau, imposera une opération.

    Entre les deux existe, et c’est la plus fréquente, l’entorse de moyenne gravité qui traduit déjà la rupture de quelques fibres. Lorsqu’il y a atteinte ligamentaire, le jogger, généralement, ne consulte que le lendemain, avec un gonflement plus important, après un intense épisode douloureux nocturne. En effet, tant que la cheville est “ chaude ”, la marche est souvent possible, alors que le lendemain, lorsque la cheville est “refroidie”, il est difficile, voire impossible de poser le pied par terre. Or, en matière d’entorse, il ne faut pas attendre pour que la mise hors piste soit la moins longue possible. Le traitement doit être entrepris rapidement et être bien adapté en fonction de la gravité de l’entorse.

    Sommaire
    Le mécanisme de l’entorse
    Les symptômes et le diagnostic
    Le traitement
    Les étapes du traitement
    Les soins

    Facebook
    Twitter
    LinkedIn
    Pinterest

    Laisser un commentaire