Course à pied : comment éviter le coup de chaud ?

coup de chaud
  • Courir sous de fortes chaleurs n’est pas impossible. Mais il convient de faire très attention et d’adapter sa pratique. Le risque : le coup de chaud. La température du corps grimpe pour atteindre les 40°C et les effets peuvent être très dangereux. Voici nos conseils pour pratiquer la course à pied sans risquer le coup de chaud.

    C’est quoi un coup de chaud ?

    Le coup de chaud ou le coup de chaleur combine deux phénomènes. La température centrale du corps augmente et atteint les 40°C, très loin de la température moyenne acceptable pour le bon fonctionnement de l’organisme. Cette hausse de la température du corps entraîne une défaillance du système nerveux central. Cela se caractérise par des maux de tête, des crampes, une foulée chancelante, etc.

    Dans certains cas extrême, le coup de chaleur peut être bien plus grave. Il peut provoquer des nausées, une augmentation de la fréquence cardiaque, voire une hyperventilation respiratoire. C’est ce qu’on appelle une défaillance multiviscérale. Plusieurs organes sont touchés et le corps est en détresse.

    Que faire si on est victime d’un coup de chaud ?

    Dès les premiers signes d’un éventuel coup de chaud en course à pied, il convient d’appliquer quelques gestes simples. Le premier consiste à tenter de refroidir le corps. Il faut donc se placer dans un endroit frais, ombragé et ne pas hésiter à enlever ses vêtements. Quand les températures grimpent à l’extrême comme lors d’épisodes de canicule, il est aussi possible de plonger le corps jusqu’à la nuque dans un bain d’eau froide. le but est de chercher à le mouiller. N’oubliez pas qu’une bonne hydratation permet de réduire les risques d’être victime d’un coup de chaud.



    A LIRE : HYDRATATION, LE FACTEUR X

    Quelles conditions peuvent générer ce risque ?

    Plusieurs critères météorologiques peuvent entraîner un coup de chaud en course à pied. Il faut en effet prendre en compte :

    • une température très élevée
    • un fort taux d’humidité
    • l’absence de vent

    Il n’existe en effet par vraiment de températures seuil à partir de laquelle courir peut être dangereux. Il faut donc prendre en compte ces trois critères. Il est possible d’établir un indice de chaleur qui prend en compte la température et l’humidité. Un taux d’humidité élevé empêche l’air “d’éponger” les flaques d’eau sur le corps issues de notre transpiration, ce qui peut entraîner une saturation des glandes sudoripares, chargées de produire la sueur qui a pour rôle de refroidir le corps.

    RETROUVEZ TOUS LES GESTES A ADOPTER POUR PRATIQUER LA COURSE A PIED EN PÉRIODE DE CANICULE.

    Facebook
    Twitter
    LinkedIn
    Pinterest

    Laisser un commentaire