Advertisement
  • Asics Novablast : le test

    Sortie en début d’année 2020, la Novablast d’Asics est une chaussure agréable à plus d’un titre. Sa mousse généreuse et très réactive permet d’appréhender les distances longues jusqu’au marathon sans le moindre doute.

    Difficile de faire des reproches à cette nouvelle chaussure d’Asics. Pour l’avoir usée sur le circuit de Magny-Cours pendant 42,195 km, et bien avant lors de séances en tout genre, cette paire ne m’a jamais déçu. On est d’abord surpris par sa très grande densité de mousse, un tiers en plus que sur les modèles classiques, annonce l’équipementier japonais. Pour être honnête, avant même de l’enfiler, j’ai cru revoir une de ces chaussures à la semelle typée oversize, confortable mais pas vraiment taillée pour les tentatives de chrono.

    Et puis non ! Dès les premières foulées, la sensation est toujours la même : celle d’être fixé sur un ressort avec un véritable coussin amortisseur sans pour autant s’enfoncer. L’effet rebond de cette mousse est très marqué et, personnellement, j’adore.

    Comme sur un trampoline

    Asics y a en fait intégré une nouvelle technologie, ce qu’elle dénomme la Flyfoam Blast « créant un effet trampoline qui vous propulse ». Et pour le coup, l’argumentaire de vente est très proche de la réalité. On regrettera simplement que cette mousse soit un peu inégalement répartie. On la retrouve en très grande partie à l’arrière du pied, sous le talon, et de moins en moins sous les métatarses. Utilisée lors d’un marathon officiel, j’ai pensé que j’allais souffrir de ce déséquilibre et finalement, à aucun moment, même après une trentaine de kilomètres, l’amorti général ne m’a fait défaut. Mieux encore, l’impression de rebond était toujours présente. À croire que l’effet ne s’estompe pas, même après ces kilomètres avalés et ces milliers de tapages de bitume en continu. On valide donc avec un énorme oui cette semelle intermédiaire qui procure un véritable confort sur la durée.

    Autre grande qualité de cette Novablast : la géométrie de sa semelle. Les ingénieurs l’ont voulue assez large. D’ailleurs, on remarque qu’elle déborde assez amplement par rapport à la tige. Là encore, c’est un véritable avantage quand on part sur une longue distance, quand la foulée se dégrade piteusement à cause de muscles complètement asphyxiés. Cette base offre ainsi une stabilité accrue, qui permet de réduire les déviances trop importantes. Enfin, on retrouve une tige bien équilibrée avec un mesh en jacquard ni trop léger, ni trop serré, ce qui permet d’offrir assez de liberté à ses pieds pour ne pas qu’ils souffrent sur le long terme.

    Usage et terrain : entraînement et course sur route jusqu’au marathon.
    Poids : 295 g en 44
    Prix : 140 €

    Share on facebook
    Facebook
    Share on google
    Google+
    Share on twitter
    Twitter
    Share on linkedin
    LinkedIn
    Share on pinterest
    Pinterest

    Laisser un commentaire