Bursite du genou : symptômes et traitement

Bursite du genou : symptômes et traitement
Le

Articulation amplement sollicitée, le genou du coureur est soumis à rude épreuve. Et parmi les pathologies inflammatoires qui guettent cette zone, il en est une particulièrement fréquente : la bursite, alias bursopathie.

Les bourses séreuses, ces petites poches remplies de liquide synovial et présentes autour des articulations, permettent à nos tendons de coulisser sur les reliefs osseux sans s’abîmer. Situés entre le tendon et l’os, ces coussinets lubrifiants facilitent le glissement de l’un sur l’autre. Des bourses séreuses, il y en a au niveau de l’épaule, de la cheville, de la hanche et même à la base du gros orteil. Mais chez le coureur, ce sont surtout celles situées autour du genou qui ont tendance à s’irriter, à s’enflammer et à provoquer une bursite. En cause : un effort excessif et répétitif qui vient dérégler la mécanique. Débutants, coureurs en reprise ou augmentant trop fortement leur charge d’entraînement sont les plus concernés.

Douleur intense

Une bursite est donc une inflammation d’une ou plusieurs bourses séreuses. Et autour du genou, il y en a plusieurs susceptibles de jouer les victimes. Celle située entre la rotule et la peau ; celle située entre le fascia lata (tendon reliant le haut du tibia à l’extérieur de la hanche) et le fémur ; celles situées derrière le tendon rotulien ; celles de la « patte d’oie », où trois tendons s’attachent devant et sur la face intérieure du genou, sous la rotule. Et quand il y a inflammation, ça fait mal, très mal même, car la production de liquide synovial augmente (mais ne fuite pas) jusqu’à former une boule entre le tendon et l’os, comme une ampoule. La douleur brûlante peut se manifester pendant ou après la séance et s’accompagne généralement d’une raideur et d’un gonflement local qui peut devenir chaud et rouge.

Arrêt immédiat !

Dès qu’il y a suspicion de bursite, pas question d’insister, il faut s’arrêter : continuer à s’entraîner tiendrait du masochisme et risquerait surtout d’altérer les tendons qui, forcément hypertendus, ne feraient que venir frotter encore plus fort sur la bourse enflammée. En général, quinze jours à trois semaines de repos sportif sont nécessaires avant de reprendre progressivement l’activité. Pour soulager la douleur rapidement, n’hésitez pas à glacer ou à appliquer un tissu imbibé d’anti-inflammatoire non stéroïdien toute une nuit. Mais n’oubliez pas pour autant de consulter, afin d’établir un diagnostic fiable : des bursites peuvent être confondues avec des tendinopathies (le traitement n’est pas le même !) et, parfois, leur cause n’est pas liée au surmenage mécanique, mais à une infection ou à une pathologie inflammatoire.

Genouillère inutile

Une fois le diagnostic de la bursite pure clairement établi, il va falloir travailler avec le kiné sur l’assouplissement du tendon et faire du renforcement musculaire en statique, de manière à ne pas impliquer de frottements du tendon. Il est inutile de porter une genouillère. Si la douleur persiste, une infiltration de cortisone peut alors être envisagée. Sous contrôle échographique, elle se fait directement dans la bourse séreuse, jamais dans ou autour du tendon. La poussée inflammatoire ainsi stoppée, la douleur disparaît en quelques jours. Reste ensuite à reprendre progressivement, de préférence avec un entraîneur pour travailler sur la réadaptation de la foulée. Dans de très rares cas, lorsque la bourse séreuse s’est rigidifiée avec le temps et gène vraiment la foulée, une chirurgie peut être envisagée pour la nettoyer ou l’enlever. Comptez alors quatre mois d’arrêt sportif. 

Comment l’éviter ?

Progressivité, hydratation et bilan postural !

Une bursite est une inflammation. Et une inflammation est une réponse de l’organisme à une agression subie. En l’occurrence, éviter la bursite du genou, c’est d’abord raisonner votre entraînement, afin que la répétition de la flexion-extension ne provoque pas un frottement excessif du tendon sur la bourse séreuse. C’est mécanique. Tout comme l’est un trouble postural, lui aussi susceptible de provoquer une bursite : en générant un déséquilibre, pieds plats, creux ou chaussage faisant trop partir vers l’avant peuvent aussi être la cause de ce frottement excessif. Des semelles sur mesure réalisées par votre podologue résoudront facilement le problème. Mais dans tous les cas, n’oubliez pas de bien vous hydrater : pour garder leur souplesse et donc ne pas irriter la bourse séreuse sans même qu’il y ait surentraînement, vos tendons ont besoin d’eau ! Enfin, si dans le cas de la bursite, le surpoids n’est pas déterminant, certaines positions sont en revanche à éviter : les positions prolongées accroupies et à genou qui elles aussi entraînent des pressions sur les bourses séreuses en avant ou à l’arrière du genou.