Ne courez plus les pieds gelés !

Ne courez plus les pieds gelés !
Le

Pendant une préparation marathon de printemps, courir dans le froid est inévitable. Si, malgré un équipement adéquat, vos pieds sont toujours gelés et douloureux, c’est qu’il y a un problème... et donc des solutions !

Un trouble vasculaire ?

Si le froid fait illico geler vos pieds, il peut s’agir d’un syndrome ou d’une maladie de Raynaud, trouble vasculaire touchant aussi souvent les mains, parfois le nez et les oreilles.

Au lieu de juste se resserrer pour préserver la chaleur, les vaisseaux « spasment » quelques minutes voire plusieurs heures : le sang ne circule plus. Consultez un angiologue (certains médicaments peuvent aider, d’autres aggraver), massez vos pieds avec une crème antifroid, apprenez à gérer votre stress, facteur aggravant de cette hypersensibilité au froid. Gare aussi aux chaussures imperméables qui, en milieu humide, favorisent la macération et aggravent le phénomène.

Un défaut plantaire ?

Si vous souffrez de transpiration excessive, même avec un équipement de choc, vos pieds resteront gelés. La solution peut être locale (dé-transpirant resserrant les pores), médicamenteuse (contre le stress, facteur aggravant) ou passer par l’ionophorèse (courant électrique au niveau des pieds pour insensibiliser les glandes sudoripares). Parlez-en

à votre podologue. Idem en cas d’engelure siégeant toujours au même orteil, signe d’un trouble dynamique nécessitant probablement une orthèse. Un même trouble peut aussi générer une compression de la voûte, donc des crampes et une sensation de froid. Ne serrez pas trop vos chaussures pour ne pas entraver la circulation et faites chaque jour rouler une balle de golf sous la voûte plantaire pour activer la micro-circulation.

 

Un problème alimentaire ?

Pour résister au froid, il faut bien se nourrir et ne pas sauter de repas. Éliminez l’alcool qui, comme le tabac, accroît la vasoconstriction, mais hydratez-vous pour permettre au sang de bien circuler, donc de réchauffer. Misez sur les glucides lents, les protéines et les oméga 3 (poissons gras, fruits secs) qui aident l’organisme à mieux s’adapter aux variations de température. Notez que le piment contient de la capsaïcine, molécule qui stimule la production de chaleur. Poivre et gingembre peuvent aussi aider sans agresser

l’intestin. Idem pour les vitamines C (fruits, légumes) et E (amandes, huile d’olive).

 

Mémo !

  • Enfoncez le bonnet : 30 % de la chaleur corporelle file par la tête. Il est donc aussi important de la couvrir que de porter un équipement technique.
  • Pensez chaufferettes : elles diffusent de la chaleur jusqu’à six heures. Bien pour les mains. Moins pour les pieds de ceux qui souffrent de problèmes de circulation ou sont sujets aux crampes.
  • Enlevez les bagues : le métal conduit le froid et accroît la contraction des vaisseaux. Même avec des gants, évitez les bijoux qui enserrent.