Vrai ou faux : Courir pendant les règles est déconseillé et nuit à la performance?

Vrai ou faux : Courir pendant les règles est déconseillé et nuit à la performance?
Le

Les règles sont souvent un sujet tabou dans le milieu du sport. Pourtant, elles n'empêchent en rien de s’entraîner, même si il faut savoir rester raisonnable.

Le mythe expliqué

Les règles font l’objet de tabous et de croyances depuis belle lurette. On considère souvent qu’une femme qui a ses règles est « indisposée » ou « impure », autrement dit qu’elle n’est pas dans son état normal. Plus fatiguées, plus irritables, les jeunes filles étaient autrefois dispensées de gym à l’école quand elles avaient leurs règles. Toute la batterie des symptômes liés au syndrome prémenstruel (fatigue, prise de poids, maux de tête, douleurs abdominales et dorsales…) contribue elle aussi à soutenir l’idée que les règles ne placent pas les femmes dans une position favorable à l’activité physique, donc a fortiori à la performance. De plus, les pertes de sang sont souvent considérées comme la cause de l’anémie ferriprive, très fréquente chez l’athlète d’endurance.

Le mythe... démythifié

Même si le syndrome prémenstruel n’a rien d’une légende, même si la fatigue et l’état émotionnel liés aux règles ne sont pas des illusions, les règles ne sont pas opposées à la performance physique. Certaines études américaines se sont attachées à analyser les performances physiques tout au long du cycle et recommandent de réaliser tel ou tel type d’effort selon le type de phase folliculaire. Par ailleurs, l’activité physique réalisée pendant les règles n’est absolument pas déconseillée. Les douleurs éprouvées parfois peuvent être pénibles, mais ne mettent pas la femme en danger si elle fait du sport.

Quant aux pertes de fer liées aux flux sanguins, elles surviennent même en ne pratiquant pas d’activité physique et doivent conduire les femmes sujettes à l’anémie à se supplémenter. En tout cas, les saignements liés aux règles n’induisent ni perte de fer ni impact suffisant sur les taux d’hémoglobine et d’hématocrite pour nuire à la performance.

Ce qu’il faut faire

Adaptez votre planning sportif à votre état ! Si vous avez des règles très douloureuses, si vous éprouvez une grande fatigue avant ou pendant vos règles, ne vous arc-boutez pas sur la séance ou la compétition prévue ce jour-là. Allégez le programme, respectez les signes envoyés par votre corps… mais bougez si vous en avez envie ! L’idéal est d’être attentive à ce qui se passe dans votre organisme, car chaque femme est différente. Certaines battront leur record pendant leurs règles, d’autres non. N’hésitez pas à noter vos impressions et vos chronos tout au long de votre cycle pour identifier les périodes pendant lesquelles vous vous sentez le plus et le moins en forme.