Faim biologique ou faim émotionnelle ?

Faim biologique ou faim émotionnelle ?
Le

Ça s’analyse ! L’une et l’autre répondent à des mécanismes différents. Pour bien courir, vous ne devez pas trop peser sur votre foulée. Alors, ne vous laissez pas avoir par n’importe quel gargouillis !

C’est quoi la différence ?

La faim biologique est physiologique. La première, c’est la vraie faim, celle qui traduit clairement un besoin de l’organisme en calories. Elle se développe toujours progressivement et s’accompagne de manifestations physiques sans ambiguïté : sensation de faiblesse, salivation, gargouillis. Le tout permettant quand même de patienter avant de manger et de savoir s’arrêter une fois arrivé à satiété.

La seconde, elle, traduit un besoin d’échapper à une situation pénible. La faim émotionnelle est compulsive. Sans ambiguïté, elle aussi, elle surgit brusquement et violemment dans un contexte de stress, d’anxiété, de contrariété, impose de se mettre immédiatement et voracement quelque chose sous la dent et ne se calme pas, même parvenu à satiété.

Comment savoir à coup sûr ?

Grâce à un grand verre d’eau bu lentement qui, en plus, aura le mérite de vous hydrater. En créant un effet coupe-faim passager, il va vous permettre de trancher et d’ajuster votre réponse. Si, 15 minutes après avoir avalé vos 150-200 ml d’eau, les signes physiques de la faim réapparaissent, c’est qu’elle est bien réelle et que votre corps a véritablement besoin de carburant. Sinon, c’est juste une envie de manger que vous pouvez calmer en pratiquant tranquillement quatre ou cinq respirations abdominales.