Douleurs aux chevilles : diagnostiques et traitements

Douleurs aux chevilles : diagnostiques et traitements
Le

Ultrasollicitées en course, vos chevilles peuvent manifester leur douleur à distance d’une séance ou pendant. Dans tous les cas, ne restez pas sourd à leurs doléances. Voilà comment réagir, en fonction de votre situation.

Une douleur subite ?

• Si votre cheville a vrillé, il s’agit probablement d’une entorse. Même bénigne (sans douleur insupportable ni œdème, il s’agit d’une foulure), vous devez vous arrêter, glacer, compresser, surélever la zone, et consulter dans les 48 h si vous continuez à boiter et qu’un hématome perdure. Dans l’intervalle, pas d’anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), juste du paracétamol et des granules d’arnica. L’entorse classique, celle qui, dans la majorité des cas, touche le ligament externe, nécessite 3 à 7 jours d’immobilisation si elle est bénigne (ligament étiré) contre 2 à 3 semaines avec attelle et rééducation s’il s’agit d’une entorse moyenne (étirement et déchirure partielle du ligament).

• Si vous avez perçu un craquement et que votre cheville a doublé de volume, consultez sans tarder : il s’agit d’une entorse grave.

• En l’absence de dérapage ou de chute, une douleur à la cheville en pleine séance est souvent le signe d’une instabilité consécutive à une première entorse mal soignée pour cause de reprise anticipée. Ne négligez jamais les suites d’un traumatisme, même minime. Pour ne pas enchaîner les entorses et s’exposer à une opération, ne zappez pas les exercices de proprioception : à la maison, à raison de cinq minutes tous les jours de montées sur la pointe des pieds, ou mieux, chez le kiné, sur plateau ou trampoline. Si instabilité et douleur perdurent, consultez : une IRM peut être nécessaire.

Une douleur majorée par l’effort ?

• Si la douleur est accrue par l’effort mais calmée par le repos (douleur mécanique), si vous ressentez des raideurs surtout en fin de journée et notez parfois des épisodes de poussées inflammatoires (articulation gonflée et douloureuse qui réveille la nuit…), il peut s’agir d’une arthrose post-traumatique. Liée aux entorses à répétition, elle touche aussi les jeunes sportifs, surtout en cas de surpoids et de prédispositions génétiques.

• Vous devez limiter la dégradation du cartilage par des traitements médicamenteux, voire des infiltrations et des séances de kiné adaptées. Continuez de courir pour renforcer os et cartilages, sauf lors des poussées inflammatoires.

• Une cheville douloureuse (sans instabilité avérée) après quinze minutes de course doit toujours vous amener à consulter pour ne pas faire le lit d’une arthrose prématurée. Mécanique, cette douleur peut découler d’une surcharge d’entraînement ou d’un mauvais équipement.

Une raideur atténuée par l’effort ?

• Si, au réveil, votre cheville est très raide (pendant au moins 30 minutes) et que vous gagnez en confort avec l’exercice, et qu’elle vous réveille la nuit, il peut s’agir d’une douleur articulaire inflammatoire. Consultez, pour trouver l’origine de l’inflammation : infection virale, bactérienne, maladie auto-immune ou métabolique, facteurs génétiques...

• N’oubliez pas non plus qu’une douleur et une raideur au niveau de la cheville au réveil, diminuant voire disparaissant à l’entraînement avant de se manifester à nouveau est un signe de souffrance du tendon d’Achille (renforcez-le). Dans ce cas, diminuez votre volume d’entraînement le temps que les fibres tendineuses se réparent naturellement.

Zoom : Un œdème sans traumatisme ?

• Si votre cheville est enflée et douloureuse sans qu’il y ait eu de traumatisme, le problème est souvent d’origine vasculaire. Consultez un phlébologue.

• Sachez que le phénomène peut se produire sur ultra en raison de la fatigue cardiovasculaire engendrée par 15 à 20 heures de course en montagne. Dans ces conditions, ne courez pas sans chaussettes de contention sportives.

• Les deux chevilles enflées et plus ou moins douloureuses sans raisons apparentes doivent vous pousser à consulter : c’est souvent le révélateur d’un problème cardiaque ou rénal.