Sciatique du sportif : que faire?

Sciatique du sportif : que faire?
Le

Sciatalgie, fessalgie ou syndrome du muscle pyramidal ou piriforme... elle a de nombreux noms. Cette douleur, qui est souvent confondue avec une sciatique, invalide fortement la course. Mais elle se traite aussi très bien.

La douleur du coureur de fond

Ça ressemble à une banale sciatique, mais ce n’en est pas une. Si vous êtes un coureur de fond, un marathonien et que vous ressentez à la fin de vos entraînement une douleur qui prend naissance au bas du dos, à la lisière de la fesse et de la cuisse et qui irradie sur l’arrière de la cuisse ou sa face externe, il s’agit probablement d’une sciatalgie, plus connue sous le nom de ­syndrome pyramidal – mais aussi de fessalgie, à partir du moment où il y a douleur dans la fesse. Cette souffrance est très fréquente chez les coureurs, aggravée par la position debout ou assise prolongée dans les heures qui suivent l’effort.

En cause : le muscle pyramidal... et la foulée

Contrairement à la vraie sciatique qui se déclenche quand le nerf entre en conflit avec un disque vertébral (lors d’un mauvais mouvement, port de charge lourde, position statique prolongée), un relief osseux (favorisé par de l’arthrose de la colonne vertébrale) ou s’il y a une hernie discale au niveau des lombaires, cette sciatalgie est due au muscle pyramidal. C’est un muscle postural très puissant et très utilisé en course. Et quand il est obligé de se contracter plus que nécessaire pour assurer la stabilité du bassin, il entraîne par ricochet la compression du nerf sciatique, tout proche. C’est ce qui fait mal. Et c’est à cause d’un défaut de foulée que ça coince.

En première intention : abdos et étirements

Pour qu’à chaque foulée, le muscle pyramidal ne cherche pas à compenser un déséquilibre, en se contractant sans cesse et en risquant d’irriter le nerf sciatique, vous devez d’abord stabiliser votre bassin par un renforcement abdos-­dorsaux. Vous ne couperez pas aux séances de gainage, au moins trois minutes et trois fois par semaine. Vous devez aussi quotidiennement assouplir et étirer le muscle pyramidal. En position assise, posez la cheville sur le genou opposé et poussez le genou suspendu dans le vide vers le sol. Maintenez la tension quelques secondes.

Après une sortie, étirez. Si vous ressentez une douleur à gauche : assis au sol, allongez la jambe droite et faites passer la gauche pliée, pied au sol, par-dessus. Tournez le buste vers la droite, main droite en appui et conservez la tension cinq à six secondes, puis recommencez dix fois.

Si ça ne passe pas : kiné, orthèse, gestuelle

Si le problème perdure, vous devrez passer à la vitesse supérieure : des séances de massage profond chez le kiné en marge du renforcement et de l’assouplissement. Une consultation chez l’ostéopathe est également conseillée. Cependant, Si ça coince toujours, prenez un avis médical pour affiner le diagnostic et, éventuellement, envisager une infiltration de cortisone au contact du trajet du nerf sciatique. Toujours sous guidage radio ou scanner, suivie d’un repos sportif de huit à dix jours.