Faut-il jeûner pour compenser un excès ?

Faut-il jeûner pour compenser un excès ?
Le

NON ! Parfois, il y a relâche sur la diététique et il faut rectifier le tir pour ne pas peser sur la foulée. Néanmoins, vous ne devez pas vous y prendre n’importe comment.

Jeûner : pire que tout !

Très mauvais calcul que de compenser les excès de la veille par 24 h de bouillon de légumes le lendemain ! La punition favorise, en fait, la prise de poids : en ayant très faim au repas suivant, vous risquez de vous gaver et, dans tous les cas, l’organisme, de peur d’être à nouveau privé, mettra en réserve 100 % des calories absorbées. De plus, vous priveriez vos muscles d’un indispensable apport en protéines.

L’astuce : la journée blanche

Pour compenser facilement un excès, vous pouvez vous contenter de juste supprimer les glucides de vos menus : l’élimination sera rapide et ne déréglera pas le métabolisme. Ni pain, ni riz, ni pâtes mais de grandes salades protéinées et vitaminées (tomates, œuf dur, poulet, huile d’olive, vinaigre). Sans oublier hydratation, laitages, fruits et légumes. Mieux encore, faites une « journée blanche ». Au menu, avec ou sans légumes : omelette de blancs d’œuf, blanc de poulet, poisson blanc, fromage blanc, eau pure... Ainsi, l’apport en protéine sera maximal, les muscles seront préservés, la sèche sera assurée et vous n’aurez pas faim.

Le bonus : courir à jeun

Cela vous permettra de puiser dans vos réserves graisseuses en 25 à 30 min au lieu de 45 min. Mais attention, cette tactique est déconseillée aux diabétiques, et aux lendemains de fêtes trop arrosées où, faute de vigilance, vous risquez surtout de vous blesser.