Hydratation : passez en mode hiver !

Boire
Le

Fini la canicule, mais ce n’est pas une raison pour baisser la garde sur l’hydratation. Pourquoi et comment bien s’hydrater l’hiver.

1. Quelle quantité ?

Avec le froid, la sensation de soif diminue. Pourtant, la perte hydrique est d’environ 500ml/h (vs 800ml par 20°C). A quoi s’ajoute la perte par respiration (la buée sortant de la bouche) et par miction (en hiver, on urine davantage). Par temps froid, l’hydratation de base doit donc rester la même que par 20°C : env 1,5/jr. Avec des variations à la hausse liées à la baisse du mercure, à l’intensité de l’effort (plus il est long, intense, plus les muscles fabriquent de la chaleur et l’organisme, de la transpiration) et au type d’équipement (non technique, il active la déshydratation).

2. Quoi boire ?

Pour compenser la déshydratation et éviter crampes, élongation, tendinites et problèmes cardio-vasculaires, l’eau sous toutes ses formes (pure, tisane, thé...) reste la meilleure des boissons ; celles d’effort n’étant nécessaires qu’à partir d’une sortie de plus de 2h. Un bon entre-deux pour accompagner une froide séance d’1h30 à 2h: diluer 400ml de jus de raisin dans 600ml d’eau. En revanche, gare au café qui accélère la déshydratation.

3. A quelle température ?

Les dernières études soulignent que l’eau fraîche procure une meilleure hydratation donc une meilleure performance... Mais hors compète, en hiver mieux avaler un thé chaud avant de partir et s’offrir la chaleur d’un bouillon de légumes au retour de la séance...