Comment connaître la morphologie de mon pied ?

chaussure
Le

Il n'y a pas de chaussure idéale dans la mesure où chaque pied est différent. De même chaque coureur est différent : par sa morphologie, sa foulée, la longueur de ses courses, son terrain d’entraînement… On considère qu'il existe trois types de pied : universel, pronateur, supinateur. comment savoir ?

En demandant l’avis d’un partenaire de course
On peut demander l’avis d’un partenaire d’entraînement si son œil est aiguisé. En se plaçant derrière vous le temps de quelques foulées, il pourra dire de quelle manière se fait l’attaque (prise de contact du sol avec le talon) puis le déroulé du pied jusqu’à la phase de propulsion. Les spécialistes distinguent trois phases d’appui au sol : l’amortissement, l’équilibre et la propulsion. Pour une bonne “lecture”, le sol doit impérativement être plat afin d’observer notamment comment se produit la bascule de la cheville. Normalement, le talon doit être plat.

En se fiant à l’usure de mes chaussures
On peut aussi examiner l’usure de sa chaussure. Si la semelle est plus marquée sur l’intérieur, le pied est pronateur. Il est supinateur si celle-ci est plus usée à l’extérieur de la chaussure. Enfin, si elle est centrale et uniforme, le pied est dit universel. En observant de plus près, on peut aussi relever des points de conflit éventuels entre pied et chaussure, et l’inclinaison du contrefort. Pour ce dernier, les erreurs d’observation sont nombreuses. En effet, lorsque le talon entre en contact avec le sol (phase d’amortissement), la friction qui détermine l’usure se fait quasiment toujours avec la partie postéro-externe du talon (arrière droite sur le pied droit), quel que soit le type de pied. C’est pourquoi les coureurs qui regardent uniquement cette partie se trompent. En réalité, il faut regarder la déformation du contrefort. Il se situe à gauche sur un pied pronateur et à droite sur un pied supinateur. Comme cette analyse visuelle est difficile à faire, il est préférable de se pencher sur l’usure de la partie avant de la chaussure (voir schémas).

En regardant mes orteils

Pour affiner le choix de ses chaussures, on doit aussi apprendre à regarder ses pieds. Le pied est dit “grec” si le premier orteil (le pouce) est plus court que le deuxième (l’index) ; dans le cas contraire – la majorité des cas – il est dit “égyptien”.