Les 10 points de contrôle du coureur à pied (10)

Le

10. La tension de la chaîne musculaire postérieure

Les membres inférieurs sont enveloppés par deux groupes musculaires :
- en arrière, les ischio-jambiers (cuisse) et les muscles du mollet, extenseurs, se terminant par le tendon d'Achille ;
- en avant, les quadriceps (cuisse) et les muscles prétibiaux fléchisseurs (jambe).

La course tend à fortifier les muscles postérieurs aux dépens des antérieurs. Cette caractéristique favorise les déchirures des muscles forts (postérieurs) et l'épuisement des muscles faibles (antérieurs).
La prévention de ces accidents passe par le renforcement (musculation) des antérieurs et l'étirement des postérieurs. D'où l'intérêt, confirmé par l'expérience, de pratiquer avant, et surtout après, chaque entraînement, un programme d'exercices progressifs d'extension des membres inférieurs.

Mesurez votre souplesse :
- Pieds joints, jambes tendues, penchez-vous en avant et essayez de toucher vos orteils avec la pointe des doigts, mains tendues. La descente doit se faire très progressivement. Surtout ne prenez pas d'élan et ne donnez pas d'à-coups.

- Si vous touchez le sol avec la paume des mains, votre souplesse est excellente et les menaces de blessure sont très réduites.

- Par contre, les risques augmentent si vous ne touchez le sol que du bout des doigts et, a fortiori, si vous n'y arrivez pas. La course à pied, en augmentant la tension des muscles, diminue la souplesse et favorise alors les accidents musculaires et tendineux. Une seule parade efficace : s'étirer avant et après la course.

Nota : Pour ceux qui souffrent de lombalgie, il vaut mieux effectuer le test assis sur le sol, jambes allongées. Là aussi, il faut essayer, bras et mains tendus en avant, de toucher les orteils sans plier les genoux. Il s'agit alors d'être capable de toucher ses pieds voir de les prendre à pleine main si vous êtres très souple. Si vous ne parvenez pas à atteindre vos pieds, même conclusion : étirez-vous afin d'éviter les risques d'accidents musculaires et tendineux.

Précédent : 9. La résistance de vos abdominaux et muscles lombaires

 

Retour au sommaire des 10 points de contrôle du coureur à pied