Les quatre formes de tendinites qui touchent les coureurs

crampes
Le

En course à pied, la tendinite est l’une des blessure récurrente. Si d’autres sports entrainent autant voire plus de tendinites que la course, les coureurs connaissent surtout quatre formes bien particulières de cette blessure.

Tenindite à répétitions

1/ La tendinite d’Achille

C’est la lésion tendineuse la plus fréquente chez le coureur, son point faible. Si vous reprenez avec vigueur la course à pied après une longue période de repos, si vous vous mettez à arpenter avec zèle les chemins de trail ou si, tout simplement, vous vous entraînez plus intensément, alors cette blessure vous guette. Des chaussures trop usées ou non adaptées à votre foulée peuvent également contribuer à son apparition.

2/ Le syndrome de la bandelette ilio-tibiale ou “syndrome de l’essuie-glace”

Ce syndrome est à l’origine de douleurs de la face latérale du genou empêchant de poursuivre l’effort après 10 à 20 minutes de course. Il s’agit d’un conflit entre un tendon épais de la face latérale de la cuisse et un relief osseux de la face latérale du genou.

3/ La tendinite ou tendinopathie rotulienne

Le tendon rotulien fait la jonction entre la rotule et le tibia. Il est mis en jeu lors de l’extension du genou, soit à chaque foulée, chaque bondissement ou réception de saut. Cette tendinopathie, très fréquente chez les footballeurs ou les volleyeurs, peut également se rencontrer en course à pied.

4/ La tendinite ou tendinopathie des muscles fibulaires ou tibial postérieur

Les tendons de ces muscles de la face latérale du mollet passent derrière la malléole externe et permettent de lutter contre la survenue d’une entorse latérale de la cheville. Ces muscles sont très sollicités sur terrain instable et leurs tendons peuvent souffrir. Il peut également y avoir une inflammation dans la gaine au sein de laquelle ces tendons coulissent. Le tendon du muscle tibial postérieur passe, lui, derrière la malléole interne et participe au mouvement inverse des muscles fibulaires. Il peut présenter une souffrance similaire, même si ce cas est moins fréquent.