Rééquilibrer son corps grâce aux semelles posturales

Semelles cadrée
Le

Une mauvaise posture induit chez le coureur des contractions parasites pouvant déboucher sur des problèmes fonctionnels. Les semelles de posture ont pour rôle d’assurer une véritable rééducation de la posture et de soulager les douleurs. Explications

Les semelles posturales permettent, comme leur nom l'indique, de corriger un défaut de posture. | Photo Vincent Lyky

Avec le port de chaussures minimalistes ou en courant pieds nus, la pratique de la course évolue. La foulée devient plus petite, l’attaque par le talon disparaît au profit d’une attaque sur le médio-pied voire l’avant-pied. Et le pied, plus proche du sol, peut enfin utiliser toutes ses propriétés biomécaniques et neurosensorielles.

Pour les posturopodistes (les podologues spécialisés en posturologie), cette évolution est bien logique car nos pieds sont un élément majeur du système de régulation de la posture.

Loin d’être une évidence sur le plan anatomique, la fait de se tenir debout constitue pour l’homme un véritable exploit neurophysiologique. Pour y parvenir, il a dû développer un système complexe où le pied joue un rôle fondamental. À chaque instant, ce système veille à ce que la posture adoptée soit la plus proche possible d’une posture idéale de référence, économe en énergie et dénuée de contractions musculaires inutiles.

Dans la pratique sportive, le geste est longuement travaillé pour optimiser l’efficacité et le rendement. Une mauvaise posture est le premier ennemi du sportif car elle génère inévitablement des contractions musculaires asymétriques et souvent douloureuses.

Des pieds au cerveau, un système de régulation fragile

La peau de la plante du pied comporte des capteurs sensibles aux pressions de l’ordre du microgramme. Les posturopodistes appellent ce système le capteur podal. Il a pour fonction de collecter et de transmettre des informations sur la nature du sol (dur, mou, régulier, accidenté…) et sur la position globale du corps dans l’espace. Le cerveau utilise ces données pour ordonner les contractions musculaires nécessaires et suffisantes à l’obtention d’une posture idéale.

Malheureusement, ce capteur podal se dérègle facilement. La première tâche du posturopodiste est donc de vérifier son bon fonctionnement à l’aide de tests statiques et dynamiques. Dans un deuxième temps, il effectuera au besoin une reprogrammation posturale à partir du capteur podal. Le posturopodiste réalise d’abord une analyse stabilométrique à l’aide d’une plate-forme normalisée. Elle permet d’étudier la position du centre de gravité et de mettre en évidence les éventuels troubles positionnels. Cet examen de référence prouvera de façon irréfutable l’évolution du traitement. Par la suite, différents tests et mobilisations permettront d’évaluer l’intensité des troubles posturaux.

Rééquilibrer la posture pour une course plus confortable

Le traitement s’opère grâce au port de semelles dites de posture. Il s’agit d’orthèses plantaires réalisées sur mesure dont les éléments ne dépassent pas 3 mm d’épaisseur. Ces fines cales agissent comme des leurres sensoriels qui, en stimulant les capteurs de pression sous lesquels ils sont placés, ordonnent au cerveau d’ajuster le tonus musculaire conformément aux stimulations reçues.

Le choix de ces cales de stimulation permet de rééquilibrer les contractions musculaires afin de recentrer le patient par rapport à la position de référence. Celui-ci adopte alors une nouvelle posture plus confortable, exempte de contractions parasites.

Ces semelles fines et amovibles doivent être portées durant la pratique sportive et au quotidien. En podologie du sport, elles permettent de prendre en charge de nombreuses pathologies telles que les tendinopathies d’Achille ou le syndrome de l’essuie-glace (type de tendinite du genou), pour ne citer que les plus fréquentes.

Elles ne peuvent pourtant pas être considérées comme une alternative systématique au traitement podologique classique. Elles sont complémentaires et efficaces pour soigner des troubles d’origine fonctionnelle, mais ne peuvent rien pour les pathologies d’origine organique où l’altération des tissus ou des surfaces articulaires est responsable de la douleur.

Les pathologies du sport sont très souvent des pathologies de surmenage liées à une sollicitation excessive ou inadaptée de nos tendons, muscles ou articulations. Il est donc toujours judicieux de corriger les troubles posturaux souvent responsables de ces dysfonctionnements. Par ailleurs, il a souvent été démontré que nos pieds peuvent, grâce à leurs qualités intrinsèques, assurer à eux seuls stabilité, amorti et propulsion. Pourquoi faudrait-il alors les enfermer dans des chaussures ultra-amortissantes qui, en les isolant du sol, finissent par faire de nous des aveugles posturaux ?