Courir pour sa santé

reprendre de la vitesse après marathon
Le

A bien des niveaux, la course est un vecteur de bonne santé. Mise en parallèle avec les problèmes dont peut souffrir un sédentaire, la forme du coureur est un argument imparable en faveur su sport.

Course à pied et hygiène de vie font bon ménage et permettent de s’assure une bonne santé générale. Plus affuté, plus musclé, normalement non-fumeur, le coureur protège son organisme des accidents cardiovasculaires et peut raisonnablement espérer vivre plus longtemps. La course étant même reconnue comme préventive face à certaines maladies graves.

La course prévient notamment le cancer du colon, du seul fait qu’elle accélère le processus de transit intestinal, diminuant ainsi l’exposition de la paroi du gros intestin à des agents cancéreux potentiels. Concernant les femmes, il est statistiquement établi que le cancer du sein touche moins les sportives que les sédentaires. De même, l’activité musculaire et la minceur empêchent l’apparition des cancers du système reproducteur féminin, alors que le surpoids augmente le risque de cancer du sein et de l’endomètre chez la femme ménopausée.

Faire tomber la pression et le cholestérol

On ne le sait pas assez, mais le jogging est aussi l’activité reine pour faire baisser la pression artérielle. Les sports d’endurance ouvrent les vaisseaux sanguins et ralentissent la fréquence cardiaque au repos. Bien plus efficace que bon nombre de médicaments contre l’hypertension.

Le cholestérol, autre fléau des temps modernes, est aussi combattu par l’effort de la course à pied. Elle permet de faire baisser le mauvais cholestérol (LDL) et favorise l’équilibre entre le « bon » et le « mauvais ». Toujours au chapitre sanguin, le jogging constitue un excellent remède contre le diabète.

Sommeil et libido

La course a également d’autres effets. Plus légers et surtout moins grave que les précédents mais tout de même importants. Le sommeil, par exemple, se trouve facilité quand on pratique régulièrement le sport. À condition de ne pas courir juste avant de se coucher, mais plutôt vers 17/18 heures, le jogging est un excellent somnifère. Il décrispe les muscles en même temps qu’il apaise l’esprit, autant de conditions qui favorisent un sommeil profond et réparateur.

Ne quittons pas le lit, pour évoquer le rôle positif de la course sur notre libido. En augmentant les performances du cœur, du souffle et de la circulation sanguine, le sport favorise l’irrigation des muscles, des muqueuses et des organes extensibles … Le jogging provoque ce réchauffement du corps qui constitue un stimulant de la libido, permet d’évacuer le stress, de se détendre, bref de créer un état corporel favorable l’activité sexuelle. Profitons-en !