20 bonnes raisons pour commencer la course à pied

20 bonnes raisons de courir
Le

Si 80 % des pelotons sont encore composés d'hommes, de plus en plus de femmes se mettent au running. Pour de la course à pied loisir, mais aussi en compétition. Voici 20 bonnes raisons pour les imiter.

1 Adieu graisse et bourrelets !

Les régimes, vous les avez tous testés. Avec plus ou moins de succès... Pour mincir durablement, rien de tel que les sports d’endurance. Et s’il ne devait y en avoir qu’un, le jogging remporterait haut la main. Idéale pour conserver ses muscles et sécher la masse grasse, c’est-à-dire les petits bourrelets autour de la taille ou la culotte de cheval, la course à pied offre un excellent rapport efforts/résultats. A deux conditions, sinon cela ne marche pas : courir à une allure modérée plus de 40 minutes d’affilées, deux à trois fois par semaine et, bien sûr, arrêter de manger n’importe quoi.

2 Ça me fait une belle jambe

Complexés par vos jambes ? Trop grosses, trop molles, trop droites... Ne désespérez pas. La course à pied est une activité tout indiquée pour galber harmonieusement les jambes.

En effet, “le travail musculaire au niveau des membres inférieurs occasionne peu de prise de volume. Et généralement, "les femmes apprécient”, assure le Dr Cascua, médecin du sport et auteur de Le sport pour maigrir (Odile Jacob).

Contrairement au vélo qui peut faire gonfler les cuisses et les mollets, le jogging muscle davantage les jambes en longueur, surtout si l’on pratique quelques étirements en fin de séance.

3 De belles fesses

Comme pour les jambes, courir améliore le galbe des fesses. Pas de prise de volume exagéré mais la promesse de gagner en fermeté au bout de quelques semaines et, en plus la possibilité de gommer la culotte de cheval.

“La marche et le jogging font travailler les moyens fessiers qui sont les muscles externes de la cuisse. Lorsque ces muscles sont toniques, ils peuvent faire disparaître la culotte de cheval”, explique le Dr Christophe Delong, médecin du sport et auteur de Les bienfaits du sport (Flammarion). Une alternative de choix à la liposuccion !

4 Et un joli ventre plat

En course à pied, les abdominaux jouent un rôle de gainage. Il s’agit d’un travail de posture naturel qui tonifie la ceinture abdominale. “Les muscles qui longent la colonne vertébrale et les abdominaux travaillent également pour soutenir le buste et équilibrer la colonne vertébrale”, affirme le Dr Cascua.

En clair, quand vous courez, vous musclez également vos abdominaux. Pour optimiser ce travail, respirez par le ventre, levez les genoux et rien ne vous empêche de terminer votre jogging par quelques exercices d’abdominaux, le transverse notamment, afin de mieux contrôler la position du bassin pendant la course.*

5 Retrouver la forme

Fatigués, stressés, au bout du rouleau... Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le repos total, avachi devant la télévision, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour être en forme. En revanche, courir permet d’évacuer bon nombre de toxines et de stimuler les défenses immunitaires.

Un entraînement de 30 à 45 minutes trois fois par semaine va booster le système immunitaire et protéger l’organisme contre les infections et les maladies. Après un bon jogging, le stress est évacué, le corps récupère mieux et les nuits sont de meilleure qualité. De quoi avoir la pêche !

6 Dormir comme un bébé

Pour lutter efficacement contre les troubles du sommeil, la course à pied est un excellent somnifère naturel. A condition de ne pas courir juste avant de se coucher, mais plutôt entre 17 et 18 heures selon le Dr Cascua, une séance de jogging bien menée (allure, souffle, foulée) détend les muscles.

Ces derniers ont en effet tendance à se crisper tout au long de la journée. Après un entraînement en plein air, le corps est fatigué, l’esprit apaisé, les tensions oubliées... autant de conditions qui favorisent un sommeil profond et réparateur.

7 Moins de stress

Patricia, trente-neuf ans, deux enfants, cadre supérieur dans l’édition, une trentaine d’employés sous ses ordres, est formelle : “Je cours 20 à 25 minutes tous les matins depuis un mois. Cela libère un stress incroyable ! Du coup, j’arrive au bureau super zen et je parviens à travailler dans le calme toute la journée.”

La course à pied permet en effet de libérer toutes les tensions nerveuses et de penser à autre chose. C’est un bon moyen de se faire plaisir, tout en pensant à soi et d’opérer une coupure avec les petits tracas du quotidien. Une vraie bouffée d’oxygène pour la tête !

8 Voir la vie en rose

Lors d’un long exercice physique comme le jogging, le cerveau libère, au bout de vingt minutes environ, des endorphines. Ce sont des antalgiques proches de la morphine qui entraînent un état euphorisant et de bien-être. Plusieurs études ont par ailleurs démontré le rôle positif de la course à pied dans le traitement de la dépression.

“Tout dépend du degré de la maladie, mais le simple fait de courir permet de stimuler à nouveau des émotions positives et de se sortir de la spirale infernale de la dépression”, explique Jean-Cyrille Lecoq, psychologue du sport. Le jogging, mieux que les antidépresseurs ?

9 Une sexualité au top

Le sport augmente les performances du cœur, du souffle et de la circulation sanguine favorisant ainsi l’irrigation des muscles, des muqueuses (et des organes extensibles pour les messieurs). Le jogging, comme tout effort soutenu, provoque également un réchauffement du corps. Or, la chaleur est un stimulant de la libido.

De plus, courir permet d’évacuer le stress. Et le corps de se détendre davantage lors des rapports sexuels. Enfin, lorsque l’on court, le cerveau libère des endorphines, ces fameuses hormones de l’extase. Du jogging au lit, il n’y a parfois qu’un pas.

10 Règles moins capricieuses

Le sport aurait tendance à diminuer les troubles menstruels. Résultat : moins de douleurs et plus de régularité dans le cycle. Quant à l’accouchement, les sportives accoucheraient plus facilement et plus rapidement que les sédentaires.

“Le sport tonifie le périnée et les sportives ont une meilleure connaissance de leur corps. L’accouchement, c’est aussi une grosse (énorme pour certaines) performance. C’est un effort long auquel les joggeuses sont souvent mieux préparées, tant au niveau physique que psychique”, confirme le Dr Delong.

11 Prévention des cancers

Statistiquement, le risque de développer un cancer du sein est deux fois moins élevé chez les coureurs que chez les sédentaires. Le risque de voir apparaître un cancer du colon est aussi moindre puisque la course à pied accélère le transit intestinal, diminuant ainsi l’exposition de la paroi du gros intestin à des agents cancéreux potentiels.

De même, l’activité musculaire et la minceur préviennent l’apparition des cancers du système reproducteur féminin, alors que le surpoids augmente le risque de cancer du sein et de l’endomètre chez les femmes ménopausées. Moralité mesdames, à vos baskets !

12 Une ménopause plus détendue

Pour la plupart des femmes, la ménopause, c’est le grand chambardement hormonal qui entraîne irritabilité, surpoids, déprime, douleurs, etc. Ces désagréments sont dus à un dysfonctionnement du système nerveux des organes internes. Or, la plupart des experts affirment que l’exercice physique tend à faciliter l’action des mécanismes régulateurs de ce système nerveux.

Le jogging peut aider les femmes à passer ce cap en douceur et leur permettre de conserver une bonne image d’elles-mêmes. Courir renforce également le capital osseux et prévient les risques d’ostéoporose, risques majeurs lors de la ménopause.

13 Faire de vieux os

Selon une étude épidémiologique, les personnes pratiquant un sport intensif comme la course à pied présentent moins de risques de fracture de la hanche. Le jogging renforce en effet les os et prévient l’ostéoporose (fractures et troubles de l’équilibre).

“La course booste le capital osseux jusqu’à vingt ans. Après, cela l’entretient, surtout au niveau du dos”, explique le Dr Cascua. Courir régulièrement constitue également un frein au vieillissement ostéo-articulaire et soulage les lombalgies (mal de dos) à condition de s’entraîner sur terrain souple et d’éviter le macadam, le béton et tout sol très dur.

14 Un cœur gros comme ça

Les femmes rattrapent malheureusement les hommes sur le plan des maladies cardiovasculaires d’autant plus que tabac et pilule ne font pas bon ménage (le risque de développer une maladie cardio-vasculaire est multiplié par cinq).

Or, la course à pied constitue un excellent moyen de lutte contre les facteurs de risques cardio-vasculaires. Elle améliore la circulation sanguine, ralentit les battements du cœur au repos et à l’effort, bref, le cœur fonctionne mieux et l’exercice physique donne au cœur une réserve de puissance.

15 Un souffle d’enfer

“Les femmes sont vite essoufflées quand elles font du sport. En réalité, elles ne savent pas respirer. Il faut qu’elles apprennent à maîtriser leur souffle et le jogging est parfait pour ça”, avance Christophe Delong, médecin du sport.

La respiration, ça s’acquiert et c’est utile pour la vie de tous les jours. La bonne méthode : l’expiration doit durer deux à trois plus longtemps que l’inspiration. La course à pied avec le crawl est le sport qui développe le plus le souffle. Il est le reflet exact des capacités physiques. C’est un bon marqueur, moins on est essoufflé, plus on a progressé.

16 Vivre plus longtemps

Course à pied et hygiène de vie vont souvent de pair. Plus on est en bonne santé, musclé, mince et non fumeur, plus on allonge sa durée de vie. D’une manière générale, le sport diminue un grand nombre de pathologies cardio-vasculaires et de cancers. La recherche ne cesse de confirmer les bénéfices du sport sur la durée et la qualité de vie et les activités d’endurance n’y échappent pas. “On sait par exemple que le jogging réduit par trois le risque de crise cardiaque”, assure le Dr Cascua. De nombreuses études vont dans le même sens et ont démontré que les joggeurs vivaient un peu mieux et plus longtemps.

17 Arrêter de fumer sans grossir

Y a-t-il une alternative à la cigarette ? Le sport bien sûr ! Pour arrêter la cigarette sans prendre 10 kg et déprimer au bout de deux jours, la course à pied est à prescrire. La reprise très progressive de la marche dans un premier temps puis de la course dans un second, favorise l’oxygénation du sang, limite l’essoufflement et brûle les petites calories supplémentaires. Arrêter de fumer, c’est beaucoup plus efficace et motivant quand on se bouge.

18 Lutter contre la constipation et les ballonnements

“La course accélère le transit sans que cela tourne à la débâcle. C’est un bon régulateur. D’ailleurs, on ne pas être constipé quand on court car on est obligé de boire pour se réhydrater”, déclare le Dr Delong.

La pratique du jogging est également efficace pour lutter contre les ballonnements. Le transit étant plus rapide, la fermentation des aliments, qui aboutit à la production de gaz, n’a pas le temps de se faire. Et quelques abdos en fin de séance n’ont jamais fait de mal à personne, surtout pour conserver un ventre plat.

19 Prévenir certaines maladies

Le jogging est l’activité reine pour faire baisser la pression artérielle. Les sports d’endurance ouvrent en effet les vaisseaux sanguins et ralentissent la fréquence cardiaque au repos. Les médicaments contre l’hypertension font exactement la même chose !

Idem pour lutter contre le cholestérol. La course à pied fait baisser le mauvais cholestérol (LDL) et favorise l’équilibre entre le bon (HDL) et le mauvais. Le jogging est également un bon remède contre le diabète. Quant aux diabétiques non insulinodépendants, qui sont la plupart du temps en surpoids, ces derniers vont facilement brûler l’excès de graisses et de sucre dans le sang s’ils courent régulièrement.

20 Peu d’investissement et beaucoup de liberté

La course à pied est l’un des rares sports qui demande aussi peu d’investissement financier. Il suffit d’acheter une bonne paire de chaussures de running et un vrai soutien-gorge de sport pour ne pas abîmer la poitrine. C’est un sport individuel que l’on peut pratiquer à n’importe quelle heure et quasiment dans n’importe quel endroit, en voyage, seule ou accompagnée. Alors, plus de (mauvaises) excuses !