Les régimes sur mesure : vous êtes indépendant [4/4]

régimes
Le

Pour une perte de poids réalisable et durable, un régime standard (même parfaitement élaboré) ne peut pas toujours répondre aux attentes de chacun. Parce que nous avons tous nos goûts et nos préférences, notre propre mode de vie, notre façon personnelle de réagir aux changements, les solutions minceur peuvent être différentes. Exemples à suivre.

Pourquoi après quelques jours d’efforts, certains déclarent forfait alors qu’ils suivent un « régime standard ». Parce ce régime ne leur est pas adapté. La solution ? Tenir compte de sa personnalité, de ses habitudes et motivations pour choisir ce que l’on est vraiment capable de suivre. Ce sera bien plus efficace. Retrouvez-vous dans les portraits que nous avons dressés. Aujourd'hui : ceux qui ne peuvent pas suivre un régime à la lettre.

Vous êtes indépendant

Votre profil :

Une personne rebelle et indépendante, vous vous ennuyez vite et vous êtes toujours en quête d’improvisation et d’inattendu. Dès que les choses prennent un tour prévisible ou répétitif, vous décrochez.

Votre stratégie pour perdre du poids ? Ne vous imposez pas de menus à l’avance, vous ne les respecterez pas. Au lieu de ça, fixez un objectif unique pour vous apporter la structure dont vous avez besoin pour perdre du poids : mettez-vous par exemple ce chiffre magique en tête : 500. C’est le nombre de calories qu’il faut impérativement soustraire à votre alimentation quotidienne pour perdre vos kilos superflus.

Votre « régime » type

Ne vous collez pas non plus répartition type, car de toute façon, vous ne les suivrez pas. Établissez des priorités dans votre alimentation comme retirer systématiquement un tiers de ce que vous allez manger pour enlever des calories de vos repas ou de vos collations.

En plus de vos trois repas par jour, il vous faut sûrement des pauses coupe-faim dans la journée. Vous voulez votre barre chocolatée à 11 heures ? Prenez-la ! Où est le problème ? Il est vrai que le grignotage est mauvais pour l’équilibre pondéral, mais si vous ne le faites pas, vous allez devenir obsédé par certains aliments et, au bout du compte, vous en mangerez encore plus quand votre volonté se relâchera !

La clé (et le truc) consiste à faire une liste de vos grignotages préférés en les rangeant par ordre d’importance. Vous y êtes ? Maintenant, gardez-en seulement la moitié. Mangez la quantité habituelle (et surtout pas plus) du n°1 et du n°2, mais dites au revoir aux n°3 et 4.

Ne vous créez pas non plus de tentations inutiles.

C’est sûr, cette pizza familiale avec « 25 % de jambon et mozzarella gratuits en plus », c’est tentant. Et c’est plus tentant encore d’ouvrir le congélateur un soir de déprime et de la manger à vous tout seul. Alors n’achetez jamais de produits qui conviennent à plus d’une personne. Vous savez bien que vous ne résisterez pas…

Pour éviter la monotonie, vous pouvez également essayer d’intégrer les répartitions alimentaires types des autres profils et alternez-les au fil de vos envies, de votre humeur et vos goûts du moment.

Vos aides possibles : Certains compléments alimentaires lorsque vous décidez de vous lâcher peuvent avoir un intérêt, comme ceux qui sont censés diminuer l’absorption digestive des graisses alimentaires en les piégeant directement dans le tube digestif par des fibres comme le chitosan, l’ispaghul, karaya… (Voir le profil précédent).

Programme d’entraînement correspondant :

Vous aimez la liberté ? Ce n’est certainement pas un programme qu’il vous faut. Il serait préférable de partir aux sensations et de régler son allure, accélérations et récupération, selon votre bon vouloir et votre envie de vous dépenser.

Nous vous conseillons donc de parcourir les différents programmes présentés précédemment lors de cette série d'articles sur les régimes (pour les fonceurs, pour les coureurs organisés, pour les bons vivants) et choisir vos séances, à répétitions courtes ou longues, en fonction de votre envie.

N’oubliez cependant pas d’alterner les types de séance et de respecter nos consignes de progressivité. Et de partir courir au moins trois fois par semaine !