Douleurs du coureurs : la bonne conduite

douleur du coureur
Le

En course, une douleur survient ! Que faire ? Voici, un lexique des principales pathologies du coureur à pied avec leurs localisations et soins appropriés, immédiats et à plus long terme.

Avec toutes les recommandations qu'apporte ce tableau, rappelez-vous que quelle que soit la pathologie, il est important d’avoir un diagnostic précis de son médecin du sport. En effet, il est souvent difficile de trancher entre une simple contracture et une élongation qui nécessitera un repos plus long et des soins spécifiques pour ne pas risquer une récidive ou encore ne pas prendre pour une périostite ce qui pourrait être une fracture de fatigue du tibia.

En ce qui concerne l’application de froid ou de chaud, question que l’on se pose souvent afin d’apporter les premiers soins, il fut savoir qu’avec le froid on ne se trompe jamais. Mieux vaut mettre du froid où il fallait du chaud plutôt que l’inverse !

Localisation

Premiers soins

Traitements
médical

Prévention

Muscle

Sensation de fatigue des muscles

courbature

Aucun ou aspirine

Entraînement
Etirements

Muscle dur et douloureux

Contracture*

Aucun ou rééducation
Mésothérapie

Echauffement
Etirement
Hydratation

La crampe est une contracture transitoire. C’est une contraction non volontaire, brutale et douloureuse d’un muscle

Crampe

aucun

Hydratation
Etirements

Déchirure musculaire bénigne entraînant une douleur plus ou moins vive, soudaine, et une incapacité fonctionnelle modérée

Elongation*

Rééducation
Mésothérapie,
Traitement médical
Homéopathie
Contention

Echauffement
Etirements
Hydratation

Douleur vive en plein effort comme un coup de couteau, localisée avec apparition d’un hématome

Claquage

Ponction parfois
Rééducation
Contention
Traitement médical

Echauffement
Etirements
Hydratation

Tendon

Inflammation d’un tendon (ancienne inflammation qui revient) avec des douleurs à la palpation et l’étirement. Souvent l’effort peut être réalisé, les douleurs diminuant à chaud pour réapparaîtrent au repos

Tendinite chronique

Rééducation
Onde de choc
Correction des troubles morpho statiques
Contrôle dentaire
Mésothérapie
Chirurgie en dernier recours

Echauffement
Etirements
Hydratation
+/- semelles

Souffrance récente d’un tendon pouvant être douloureux au repos mais qui s’accentue à la palpation l’étirement et dés le début de l’effort de façon importante

Tendinite aigue

Anti-inflammatoires
Correction des troubles morphostatiques
Mésothérapie
Onde de choc

Echauffement
Etirements
Hydratation
+/- semelles

Os

Douleur et gonflement en regard de la zone atteinte le 1/3 inférieur du tibia chez le coureur, la course est très douloureuse (le périoste est la membrane qui entoure l’os)

Périostite

Physiothérapie
Anti-inflammatoire
Onde de choc
Chirurgie rare

Etirements
Semelles

Douleur à l’effort parfois responsable d’une boiterie ou empêchant la marche (localisation pied, tibia, fémur bassin et hanche chez le coureur à pied)

Fracture de fatigue

Décharge dans certains cas

Recherche d’erreurs d’entraînements

Douleur apparaissant après l’effort et disparaissant au repos et ne gênant pas le sommeil, Au réveil, douleur pénible (genou et hanche)

Arthrose
Genou et hanche

Infiltration de cortisone ou d’acide hyaluronique
Perte poids
Traitement médical
Chirurgie (prothèse)

Poids adapté à la course
Semelles
Etirements

Aponévrose plantaire

La douleur sera ici au talon avec impossibilité de courir ou même marcher en appui sur le talon ; les douleurs peuvent se calmées à chaud et rendre le levé difficile le lendemain matin

Aponevrosite plantaire ou épine calcanéenne

Infiltration / mésothérapie
Semelles thermoformées
Onde de choc
Radiothérapie
Chirurgie rare

Semelles

Douleur brutale sous le pied en pleine effort comme une déchirure

Rupture aponévrose

Rééducation
Anti-inflammatoires
Décharge

Echauffement

Rachis lombaire

Lumbago : Douleur aigue apparaissant brutalement sur un faux mouvement. Sciatique : douleur irradiant le long du trajet du nerf sciatique avec une douleur de la cuisse à la jambe

Lumbago
Sciatique

Anti-inflammatoires infiltrations
Antalgiques / ceinture / corset
Rééducation
Chirurgie rare

Etirements
Renforcement abdominal
Echauffement
Poids adapté
Hydratation

Entorse **

Distension ou rupture des ligaments après une torsion

Cheville

Immobilisation partielle (strapping, chevillére, attelle) ou complète (plâtre) selon la gravité

Etre attentif

Rééducation proprioceptive (équilibre de la cheville)

*Attention les élongations et les contractures sont cliniquement très proches, la seule différence est l’existence de lésions anatomiques de la fibre musculaire dans l’élongation. Ce sera donc l’échographie ou l’IRM qui fera la différence.

**Les entorses du genou sont exceptionnelles en course à pied, le protocole est comparable à celui de la cheville.

Photo coureur avec flèches de légendes : pourcentage des lésions les plus courantes du coureur à pied.
Genou : 38% Pied : 24% Jambe : 15% Fosse lombaire(dos) 11% Cuisse : 7% ; Hanche : 5%
Il est ici nécessaire de préciser que le risque de blessure croit lorsque le coureur cherche à augmenter ses performances : la fréquence des accidents est multipliée par 3 lors du passage de trois à cinq entraînements et par 2 lors du passage de trente à quarante-cinq minutes par séance.

Dr Nicolas BOMPARD

1 Commentaire
tifo - Pieds pronateurs

J'ai 49 ans. Mes pieds sont ponateurs depuis l'enfance. Je cours régulièrement depuis toujours, mais plus particulièrement depuis une douzaine d'années. Il y a 3-4 ans, des douleurs du côté interne au pied gauche en semi-marathon m'ont fait opter pour l'usage de semelles internes fabriquées sur mesure par un podologue. Les douleurs étaient moindres, mais j'ai quand même laisser tombé les épreuves de semi-marathon pour me concentrer sur un entrainement de 10-13 km axée sur le plaisir et l'entretien plus que la performance. Lors d'une course de 10 km, j'ai eu une entorse grave à la cheville droite. J'étais en pleine forme. Cela ne m'était jamais arrivé, c'était très inattendu et inexplicable. C'était en descente, à 5 km. Je passe sur les conséquences médicales extrêmement désagréables... Je me suis posé des questions au sujet de mon posé de pied avec ces semelles compensatrices de ma pronation. La kiné qui me soigne aujourd'hui m'a appris que les pieds pronateurs ont souvent, au repos ou en phase 'aérienne' lors de la course, un position inverse, c'est-à-dire tournés vers l'intérieur, notamment au niveau des orteils et de la partie antérieure du pied. Pour vérifier cela, il suffit de se coucher sur le dos, les jambes allongées et bien relaxées, ainsi que le pieds et les chevilles, et d'observer la position que prennent naturellement les pieds. Chez moi, ils se tournent effectivement vers l'intérieur. Donc, au posé du pied, c'est la bordure externe (voire même externe ET antérieure) du pied qui touche le sol en premier (alors que je suis pronateur!). Si l'on ajoute à cela la course à rythme soutenu, on peut même considérer que le pied, sous l'effet des tensions musculaires et tendineuses, quitte le sol après son déroulé en position 'naturelle' de pronation due à la pression du poids du corps, pour être ensuite comme catapulté vers la position opposée, lorsqu'il est en l'air. De face, ou de dos, on distingue ce "flottement" latéral du pied chez certain coureurs lors de la phase aérienne. Le posé du pied sur la bordure externe, induisant une possible entorse. Il est donc susceptible d'être amplifié par se flottement du pied Et par les semelles correctrices puisque le dit flottement latéral, acquis depuis l'enfance à chaque pas (de course), ne démarre plus au point le plus extrême de la pronation, celle-ci étant corrigée par les semelles, mais à un point proche du neutre, et s'achève éventuellement plus loin, dans une position dangereuse au moment du posé du pied. Conclusion: il est très probable que mon entorse soit survenue sans raison externe (racine, caillou, ornière), mais bien par mon défaut de pied pronateur dont la compensation par des chaussures et semelles anti pronation a pu causer un très mauvais et coupable posé de pied. Les semelles correctrices sont à utiliser avec modération et en toute connaissance de cause ! Ce n'était pas mon cas hélas !

le 06/07/2015