Rester motivé par des pensées positives

plus ludique 1
Le

Vous avez commencé votre entraînement en vue d’un marathon, encore faut-il le tenir sur 10 ou 12 semaines quel que soit le temps, froid, vent ou pluie. Si l’envie est là, si la motivation est bien présente, pas de souci.

En revanche, si vous craignez de faiblir, il existe une stratégie efficace : se recentrer régulièrement sur son objectif en le visualisant comme atteint. C’est la technique de la visualisation positive. Elle vous permettra de nourrir votre motivation, de l’entretenir, de renforcer votre confiance. L’objectif, c’est ce qui vous donne le cap, crée de la motivation, vous oblige à vous tenir à votre plan d’entraînement.

De quoi avez-vous envie? une distance ? Un chrono ? Deux fois par semaine, prenez 15 minutes et visualisez votre objectif atteint comme si vous y étiez. À ce moment-là, que verrez-vous ? Que ferez ou entendrez-vous ? Que ressentirez-vous ? Vivez le plaisir de cet instant.

Toutefois, pour que cette technique soit efficace, il est nécessaire :

  • de faire auparavant une petite relaxation. Si vous voulez planter des fleurs dans votre jardin, vous nettoyez et préparez le terrain. Il en est de même pour le mental : la détente favorisera les images positives.
  • de visualiser ce que vous êtes capable de faire : du réel, pas du rêve. Inutile de vous projeter franchissant la ligne d’arrivée en 2 h 20 si, en déployant tout votre potentiel, vous ne descendez pas en dessous des 4 h 30 !

Après une journée de travail un peu difficile, la “pause-récupération” nettoiera votre corps et votre esprit des tensions de la journée et la visualisation vous dynamisera. Après quelques minutes, vous vous sentirez en forme. Vous aurez retrouvé une nouvelle énergie pour aller faire de la piste ou une sortie plus longue.

Autre élément important dans la motivation : la formulation de votre objectif. Observez la façon dont vous l’avez formulé. Il est préférable de formuler son objectif en termes positifs. Par exemple : « je veux courir le marathon en 3 h 10 » plutôt que « je ne veux plus courir le marathon en plus de 3 h 20 ». Avoir devant soi l’image de ce que l’on veut est nettement plus porteur !