Abécédaire (G) : Du Germe de blé aux Glycogènes

Ginseng
Le

Suite de notre abécédéaire de la diététique sportive, à conserver et à consulter régulièrement.

Germe de blé
Les industriels de l’agroalimentaire proposent un germe issu d’une fermentation rapide du grain de blé dans de l’eau. Comme l’œuf dans le monde animal, ce germe renferme tous les nutriments nécessaires à la croissance de la plante : protéines d’assez bonne qualité, graisses végétales protectrices, magnésium, vitamines (surtout E et A)… en font un aliment utile pour le joggeur, notamment pour celui qui s’entraîne assidûment. Il peut ainsi parvenir à enrichir intelligemment sa ration, contourner les fatigues et échapper aux carences. Le germe de blé existe en paillettes aux rayons diététiques des Grandes et Moyennes Surfaces, que l’on saupoudre régulièrement dans les laitages, potages, salades…

Gingembre
L’arôme du gingembre, légèrement poivré, laisse présager des vertus tonifiantes. En Chine, il est d’ailleurs considéré comme aphrodisiaque. Il est surtout digestif et notamment anti-vomitif. Souvent considéré comme une aide précieuse après les séances de chimiothérapie pour les patients traités, il sert également contre le mal des transports (bateaux, avion…), et peut ainsi accompagner les joggeurs qui y sont sensibles lors de déplacements vers des lieux lointains de course… On sait aussi qu’il favorise la circulation sanguine et stimule l’énergie. Il peut s’utiliser cru ou cuit dans des préparations culinaires, mais il existe aussi sous forme de compléments alimentaires.

Ginseng
Les Ginsénosides qu’il contient sont responsables des qualités tonifiantes et stimulantes de la racine du ginseng. On le considère comme un « adaptogène », c’est-à-dire une substance qui permet à l’organisme de s’adapter aux divers stress et par là même de mieux résister à la fatigue. Tous les sportifs, et notamment les joggeurs, peuvent réaliser des cures de ginseng pour lutter contre son apparition en augmentant la vigilance intellectuelle et musculaire. Il est très facile de se procurer aujourd’hui du ginseng sous différentes formes dans les pharmacies, les parapharmacies, les magasins diététiques et même dans les rayons diététiques des hypermarchés. Evitez les doses supérieures à 2 grammes par jour, et effectuez uniquement des cures de 1 à 2 mois, et non pas des prises continues tout au long de l’année.

Glucides
Egalement appelés « sucres » ou « hydrates de carbone », ils sont le carburant idéal et essentiel de notre organisme, notamment pour les muscles et le système nerveux. Ils doivent figurer à environ 60 % de la ration énergétique totale de la journée. Ainsi, un homme dépensant 2 500 kcal par jour doit manger quotidiennement 375 g de glucides. Mais les glucides ne sont pas tous de même nature chimique, ce qui influence notre métabolisme suivant ceux que nous privilégions dans notre alimentation.
Ainsi, on distingue les glucides « rapides » (sucre en morceaux ou en poudre, confiseries, sodas, chocolat, purée, pâtes et riz blanc trop cuit…) permettant un apport énergétique immédiatement disponible, mais dont les excès, en revanche, peuvent parfois être responsables de certains troubles (surpoids, caries, ballonnements…), et les glucides « lents » (pâtes « al dente », semi-complètes, riz brun, légumes secs, boulghour, pommes de terre entières, fruits frais…), utiles pour une action prolongée d’énergie, et pour éviter coups de pompe et fringales.

Glycogène
Grosse molécule formée de nombreuses unités de glucose, seul glucide à être utilisé par l’organisme comme source d’énergie, le glycogène, que l’on retrouve dans le foie et les muscles, constitue une réserve glucidique qui sera utilisée par l’organisme en cas de besoin. Sa diminution entraîne la fatigue au cours de l’effort, d’où le rôle primordial de bien favoriser un bon stockage les jours précédant les courses ou les compétitions en surchargeant l’alimentation en glucides.