Votre marché du mois d’août

Marché
Le

Profitez de l’été pour tester votre barbecue et manger sans matière grasse.

Viande ou poisson grillé, que de saveurs à découvrir au naturel tandis que les fruits de l’été n’attendent que d’être croqués, sans parler des légumes à consommer crus, en salade ou cuits toujours sur le barbecue.

  • A l’étal du boucher

Au cœur de l’été, le barbecue est d’actualité. Une belle côte de bœuf, riche en goût, permet de faire le plein en fer, si utile pour le transport de l’oxygène vers les muscles, et en protéines, qui permettent de construire et d’entretenir les fibres musculaires. Sa graisse épaisse qui entoure ce gros muscle soutenu par cet os robuste constitue son point faible : il suffit donc de la laisser dans son assiette !..

  • A l’étal du poissonnier

C’est en été que les bienfaits des sardines fraîches se manifestent, c’est-à-dire lorsque par bancs, elles se rapprochent des côtes pour frayer et lâcher leurs œufs. Elles sont alors à ce moment gorgées de nutriments pouvant intéresser les joggeurs : protéines, sels minéraux (calcium, potassium, phosphore, magnésium…), vitamines (A et D) et surtout oméga 3, ses fameuses graisses cardio et vaso-protectrices. Peu caloriques (100 g, soit 5 sardines, n’apportent que 160 kcal), elles se prêtent volontiers au jeu des grillades : choisissez-les alors fermes et luisantes, et si leurs ouïes sont rouges, abstenez-vous. Pour contrecarrer l’odeur si caractéristique et envahissante, roulez-les au préalable dans du thym et du laurier, puis ajoutez sur les braises du romarin.

  • A l’étal du primeur « légumes »

Sur les marchés de juillet et d’août, il existe une multitude de légumes savoureux à consommer crus, en salade ou cuits sur le barbecue. Ne passez surtout pas à côté des échalotes de l’été sans les goûter. Elles sont plus allongées que le reste de l’année, tout en apportant plus de saveur et d’oligo-éléments, dont le fameux sélénium. Puissant anti-oxydant, il est un peu considéré comme « l’anti-rouille » des cellules, surtout pour celles qui sont le plus exposées comme la peau en été et les muscles des sportifs. Plus digestes que l’oignon, moins « gênantes » pour l’haleine que l’ail, elles en possèdent toutefois les mêmes composés souffrés qui favorisent la circulation sanguine et protègent le système cardio-vasculaire. Choisissez-les bien fermes et non creuses.

  • A l’étal du primeur « fruits »

Les fruits de l’été sont gorgés de soleils et de saveurs finement sucrées. Ils sont tous à découvrir tant pour leurs goûts caractéristiques que pour leur qualités nutritionnelles. Parmi eux, le melon est un des meilleurs exemples. La variété dite de Cavaillon est la plus riche en bêta-carotène, nommé aussi Pro-vitamine A. Ce micro-nutriment réduit l’altération des cellules dans l’organisme et renforce la peau contre les effets néfastes du soleil. Malgré son goût sucré, le melon est peu calorique (à peine 35 kcal aux 100 g), riche en eau (92 % de son poids), en potassium et en fibres douces, il est donc bien toléré. Son fructose (6 g pour 10 g) est très bien assimilé par le corps, et on peut donc le consommer soit avant l’effort pour fournir un peu d’énergie au muscle, soit après la course pour s’hydrater et recharger le muscle. Pour le choisir, il existe soit disant de nombreuses astuces qui en réalité ne sont pas des garanties absolues. Un bon melon doit toutefois être lourd, quel que soit son calibre, ferme et jamais mou, son odeur intense et agréable et sa queue se détacher facilement. Sa peau peut être craquelée, signe de maturité, mais jamais fendues, signe de variation de température trop brusque. Enfin, évitez de le consommer trop froid ou avec une grande quantité de boisson pour une meilleure tolérance digestive.

  • A l’étal du fromager

Gouttez le petit Rocamadour, ce fromage de chèvre qui se présente sous forme d’un petit palet. Idéal pour remplacer une viande lors d’un repas « léger » d’un soir d’été, accompagné d’une belle laitue croquante et d’un morceau de pain au levain ou aux noix acheté chez un artisan boulanger ou au marché de vos vacances. Riche en calcium, qui renforce le squelette, gère la contraction musculaire et participe à la régulation de la tension artérielle, ce petit fromage n’en est pas moins riche en lipides : plus il est sec, plus il est gras, plus il est frais, moins il l’est !..