Premiers soins : aux trousses les coureurs !

Trousse de secours
Le

Un joggeur averti en vaut deux… ou que vous soyez, constituez une trousse de pharmacie adaptée à votre sport préféré.

Même si des attitudes préventives aussi simples que faciles à appliquer devraient vous amener à ne jamais l’ouvrir, une trousse à pharmacie peut être, parfois, d’un grand secours.
Les principaux ennuis riment avec soleil, chaleur, insectes, entraînement insuffisant ou équipement inadapté. Avant même de constituer sa trousse à pharmacie, il convient donc de constituer son équipement avec soin et réflexion.
La meilleure protection solaire passe par une tenue vestimentaire ad hoc à savoir une casquette avec visière, des t-shirts couvrant les épaules et suffisamment aérés, le port de lunettes de soleil aux verres de qualité et un choix correct des heures d’entraînement le matin tôt ou les fins de soirées. Il est alors impératif de proscrire la course entre 11 et 17 heures.
En ce qui concerne la prévention des lésions traumatiques musculaires et articulaires, nul n’est besoin de vous rappeler que cela passe par un entraînement suffisant le reste de l’année (ou une reprise d’activité progressive), par une hydratation suffisante et par l’utilisation de chaussures de course adaptées au terrain. En vacances, la course se fera bien souvent en nature, en dehors de routes bitumées alors ouvrez l’œil et soyez attentifs à vos poses de pieds. Le port de chaussures de trail plus stables sera évidemment préférable aux habituelles runnings de route.

Ces mesures préventives peuvent toutefois se révéler insuffisantes. La trousse médicale proprement dite comprendra alors :
- un antalgique (antidouleur) et antipyrétique (médicament utilisé dans le traitement symptomatique de la fièvre) en comprimé ou en poudre : le paracétamol dosé à 500 mg ou 1 g. Il sera utilisé en cas de douleurs musculaires traumatiques ou non et de fièvre
- des pansements stériles unitaires pour les petites plaies au niveau des pieds ou des membres en cas de chute
- un antiseptique en spray pour la désinfection de ces petites plaies, voire des piqûres d’insectes (chlorhéxidine : biseptine ; héxamédine : héxomédine)
- un collyre antiseptique (Biocidan) en cas d’irritation oculaire
- une émulsion anti-moustique (ne pas se parfumer avant l’entraînement car cela attire les insectes)
- une bande de contention utilisable en cas de lésion musculaire de type élongation, ou de lésion articulaire type entorse bénigne de la cheville
- un cold pack (poche froide) à la fois utilisable en cas de « coup de chaleur », en cas de contusion musculaire, articulaire ou de sensibilité tendineuse anormale ;
- un tube de gel anti-inflammatoire pour les douleurs secondaires aux inflammations tendineuses complétera utilement la cryothérapie (traitement utilisant le froid sous forme de glace, de sachets chimiques congelés ou de bombe de gaz : cold pack)
- de quelques aiguilles stériles à usage unique afin de pouvoir évacuer les hématomes sous unguéaux ou les ampoules au niveau des plantes de pieds ou des orteils
-un tube de crème antifongique (Dérivés azolés type Amycor, Pevaryl, Ketoderm) pour les mycoses entre les orteils, des plis inguinaux ou sous mammaires, dont la prévention réclame un séchage soigneux après la toilette.
- un tube ou un flacon de crème solaire à haut pouvoir protecteur à appliquer sur les zones cutanées découvertes
- éventuellement, pour les femmes sujettes aux cystites répétitives, un sachet de Fosfomycine (Monuril), les infections urinaires étant favorisées par les états de déshydratation estivale ; attention de ne pas utiliser de quinolones (antibactériens) photosensibilisantes.
Et bien sûr ciseaux, pince à épiler qui peuvent servir à tous. Avec ceci vous êtes parés, mais courez prudents !