Le marché de février : choisissez des produits qui protègent des agressions hivernales.

Poisson
Le

A chaque saison, ses produits. Voici notre marché du mois... de février

  • A l’étal du boucher : La période des grands froids n’étant toujours pas terminée, l’idéal est un bon petit plat pas trop gras de type « pot au feu ». Il faut alors choisir des pièces de bœuf assez maigres (entre 8 à 12 g de graisses pour 100 g) comme la bavette, le jarret ou le paleron à la place des traditionnels gîte, plat de côte ou flanchet (20 à 25 g de graisses). Riches en protéines de haute qualité biologique, ces morceaux de bœuf sont également sources exceptionnelles de vitamines B et de fer, nécessaires au transport des molécules respiratoires si utiles aux efforts endurants.
  • A l’étal du poissonnier. En février, on peut trouver des filets ou des darnes de cabillaud frais. Mine de protéines comme la viande, le cabillaud est beaucoup moins gras (à peine 3 g de lipides pour 100 g). Il contient des vitamines qui gèrent le métabolisme énergétique (B1, B2, PP…) et des vitamines pour l’intégrité de la peau et du squelette (A et D), ainsi que du phosphore et du potassium utiles aux muscles. Pour le savourer, goûtez-le en filet (150 g, la chair doit être bien blanche, nacrée et aux fibres bien serrées) accompagné d’oignons émincés, de petits pois et de riz au curry.
  • A l’étal du primeur « légumes ». A côté des légumes pour le pot-au-feu (céleri, navets, carottes, pommes de terre…), on trouve des champignons de couches. Peu caloriques (environ 25 kcal aux 100 g), ils contiennent en revanche de nombreux sels minéraux (potassium, phosphore…), oligo-éléments (sélénium, zinc..) et vitamines (B2…) qui agissent en synergie sur de nombreux mécanismes, notamment nerveux et digestifs. Légumes d’accompagnement parfaits, ils peuvent se consommer en salade, à la poêle (avec une omelette) ou en farce (dans des crêpes, c’est la période…).
  • A l’étal du primeur « fruits » : En plus des oranges et des citrons riches en vitamine C qui protège contre les agressions hivernales, le fruit du mois est sans conteste la banane, car en février, on reprend bien souvent quelques footings de décrassage qui laissent quelques contractures ou légères crampes en guise de bienvenue . Par sa richesse en magnésium et en potassium, la banane représente un bon moyen pour lutter contre ces crampes d’effort. Elle fournit également des sucres et des vitamines du groupe B utiles aux muscles. Facilement transportable, elle est donc l’alliée de tous ceux qui s’activent physiquement. En dehors de la consommer nature, en collation, avant ou pendant l’effort (elle est, contrairement aux idées reçues, très digeste, surtout « tigrée », et elle ne demande donc pas une longue intervention digestive pour son assimilation), découvrez-la après l’effort mixée avec une cuillère à soupe de miel, un jaune d’œuf, le jus de deux oranges et un peu d’extrait de vanille : cette compote légèrement mousseuse et liquide vous apportera le tonus nécessaire pour récupérer de vos distances.
  • A l’étal du fromager. Riche en graisses saturées qui peuvent surcharger le corps, il faut parfois se méfier du fromage. Mais en février, on peut se faire quelques crêpes ou « galettes » jambon-fromage (très riche en calcium, le comté est de saison) en plat principal accompagné d’une salade verte peu huilée ou d’une salade d’endives crues juste citronnée pour être plus digeste.