Redécouvrez les graisses

Vitamine B2
Le

Montrées du doigt dans les problèmes de poids et dans les excès de cholestérol, les graisses n’en demeurent pas moins indispensables. Ce sont en effet de véritables concentrés d’énergie (1 gramme fournissant 9 calories à notre organisme), et elles peuvent même participer directement à la vie des cellules suivant la nature des acides gras qui les composent.

Une grande majorité d’entre nous consomme trop de graisses (40 % de la ration calorique au lieu des 33 recommandés), menaçant alors leur santé non seulement par un excès de poids important, mais également par des troubles cardio-vasculaires. En effet, même si le cholestérol, graisse fabriquée par le foie ou apportée par l’alimentation, est bénéfique à faible dose en entrant dans la composition de certaines molécules organiques (hormones, membranes cellulaires…), son excès peut entraîner une obstruction de nos principales artères. Certaines graisses insaturées (poissons, huiles d’olive, de colza, de tournesol…) paraissant prévenir ces troubles, il paraît essentiel d’équilibrer notre consommation de graisses en apprenant à les contrôler et les reconnaître.

La famille des graisses est alors constituée de deux groupes principaux :

  • Les graisses riches en acides gras « saturés », les plus abondants dans notre alimentation, sont surtout contenues dans les produits animaux : les viandes, les charcuteries, les œufs, le beurre, le saindoux, la crème fraîche, les fromages... Les excès d’acides gras saturés sont souvent responsables du « mauvais » cholestérol sanguin. En revanche, les aliments qui les contiennent sont souvent sources de vitamines dites « liposolubles », comme les vitamines A et D.
  • Les graisses riches en acides gras « insaturés », dont certains sont dits indispensables car le corps est incapable de fabriquer et doivent donc être apportés obligatoirement par l’alimentation, sont surtout contenues dans les produits végétaux : huiles d’olives, de colza, de noix, de pépin de raisin… Cependant, les poissons nous en apportent également et leurs graisses sont susceptibles de fluidifier notre sang, ce qui permet de lutter contre les accidents cardio-vasculaires.

Vrai ou Faux ?
L’huile d’olive est moins grasse que les autres huiles !
FAUX : Toutes les huiles contiennent 100 % de graisse et ont donc le même pouvoir calorique (sauf l’huile de paraffine, mais considérée comme dangereuse pour la santé car elle diminuent de manière très importante l’absorption vitaminique et minérale). En revanche, certaines huiles, et c’est le cas de l’huile d’olive ou de colza, sont très intéressantes d’un point de vue diététique car riches en acides gras insaturés prévenant les accidents cardio-vasculaires, contrairement aux huiles d’arachide et de palme (riche en acides gras saturés).

Un fromage blanc affichant 20 % de matières grasses ne contient en réalité que 3 grammes de graisses !
VRAI : En France, le pourcentage de matières grasses des fromages et des laitages est indiqué par rapport à 100 grammes d’extrait sec, c’est-à-dire après évaporation de l’eau contenu dans le produit en question, et non par rapport à 100 grammes prêts à consommer. Comme un fromage blanc se compose d’environ 85 % d’eau, la quantité réelle de graisse contenue dans un fromage blanc à 20 % est donc bien de 3 grammes. On peut donc affirmer que plus un fromage est sec, plus il est riche en matières grasses

Quelques trucs et astuces pour » manger moins gras »
- Pour consommer moins de graisses cuites, préférez les cuissons en papillotes, en grillades, à la vapeur, au gril, à la poêle anti-adhésive, au micro-ondes, au bain-marie… et pensez aux épices, herbes et aromates pour agrémenter les plats.
- Pour manger moins gras, limitez l’usage des graisses « visibles » comme les sauces, les fritures, les « tartinages »…
- Évitez de consommer du beurre avec du fromage ou de la charcuterie, de la mayonnaise avec des frites ou des avocats… tous ces aliments étant déjà suffisamment gras !
- Prenez l’habitude d’alterner vos corps gras d’assaisonnement pour profiter des intérêts de chacun et éviter l’accumulation de leurs défauts.
- Apprenez à consommer plus souvent du poisson, surtout les plus gras (saumon, thon…), riches en un acide gras insaturé essentiel nommé oméga 3 et qui intervient fortement dans la prévention des accidents cardio-vasculaires et cérébraux.
- Consommez de préférence les huiles riches en acides gras insaturés crues (olive, colza, noix…) pour éviter de détruire leur qualité diététique, et réservez pour les cuissons l’huile d’arachide, de tournesol ou de palme, beaucoup plus stable.
- Apprenez à ne pas consommer le gras des viandes ou du jambon.