La thalasso, j’y cours !

Thalasso 1
Le

Retrouver la forme, récupérer ou se préparer pour une compétition, autant de raisons qui peuvent vous inciter à une bonne cure de thalassothérapie alliant soins spécifiques et séances de course. Seul ou en couple.

Que celles et ceux qui associent thalassothérapie et torpeur voire dilettantisme oublient leurs idées reçues. Car un séjour en thalasso a de quoi tenter nombre de coureurs attentifs à leur forme. Bien sûr lors d’une cure on prend son temps, on se repose, on effectue des soins mais on peut aussi nager, faire de l’exercice en salle de musculation et… courir.
Le principe de la thalasso est d’utiliser simultanément tous les éléments du milieu marin, en particulier les propriétés physiques de l’eau de mer. Outre le fameux principe d’Archimède (« Tout corps plongé dans un liquide subit une poussée de bas en haut égale au poids du volume de liquide déplacé »), la résistance de l’eau au mouvement et enfin la pression hydrostatique, modifient notre perception de l’effort. En fait, le poids d’une personne plongée totalement dans l’eau est deux fois et demi plus léger en eau de mer qu’en eau douce. Ainsi, en immersion maximum (ex : dans un bain d’eau de mer), le sujet pèsera de 6 à 10 % de son poids réel et en immersion thoracique de 15 à 30 %.
On peut ainsi imaginer, par exemple, l’allégement des forces exercées sur les attaches tendineuses et les bienfaits que cela peut apporter.

Thalasso

En dehors de ces propriétés physiques, l’eau de mer est riche en éléments minéraux et en micro-organisme (phyto et zooplancton), une richesse optimisée par une température de 30 à 34 degrés. On notera aussi sa grande similitude avec le milieu intérieur humain (le plasma) et la perméabilité de la peau ce qui explique la pénétration de certains ions dans l’organisme.
Pour ces différentes raisons, une cure de thalasso est intéressante pour le coureur à pied. En effet, elle permettra soit une remise en forme après un temps d’arrêt, soit l’optimisation d’une grosse période d’entraînement ou encore une parfaite récupération autant physique que mentale après une compétition. Vous associerez alors les soins et une pratique sportive qui pourra être de la course mais aussi de la natation, du VTT, de la randonnée…
Plusieurs centres en France permettent la poursuite de l’entraînement dans des cadres le plus souvent privilégiés (sentiers côtiers, climat tonique, richesse en ions négatifs) en étant accompagné par des professionnels. Différents tests seront effectués pour évaluer votre condition physique (respiratoire et cardiologique), des conseils diététiques vous seront prodigués, des séances quotidiennes de course sur terrains variés… Sans oublier l’aspect « remise en forme » au vrai sans du terme avec des étirements en eau de mer, des drainages, des enveloppements d’algues, des massages à sec et des hydromassages. Bref tous les bienfaits de soins de thalasso particulièrement sélectionnés afin de convenir à un organisme sportif par définition plus exigeant.

En dehors des soins et de votre entraînement, il est aussi possible de fréquenter le sauna et le hammam. Le premier provoque une sudation abondante instantanément évaporée par la chaleur sèche du sauna. Le corps élimine alors une sueur chargée de résidus lactiques et d’urée, allégeant ainsi le travail des reins et du foie. La dilatation des vaisseaux périphériques augmente l’irrigation du tissu sous-cutané et donc les échanges d’oxygène à ce niveau. Ainsi les organes internes et les muscles sont mieux irrigués sans que le cœur fasse plus d’effort. Le système vasculaire du cœur lui-même renforce l’activité et la puissance du muscle cardiaque. Au total donc, le sauna apporte relaxation, récupération, souplesse articulaire et entretient l’élasticité des tissus. L’idéal est de faire des séances de 6 à 15 mn en trois fois avec une douche froide et 5 mn de repos entre chaque séance.
Le principe du hammam est le même, à ceci près qu’il s’agit d’une chaleur humide : la sueur éliminée va ruisseler sur la peau sans être évaporée. Un petit passage au hammam ou au sauna en fin de journée, est idéal. C’est la conclusion logique d’une journée de soins et de pratiques sportives.
La durée d’une cure minimale est de quatre jours afin de ressentir les effets bénéfiques d’une immersion en milieu marin. Les deux premiers jours permettent de se détendre (on se sent alors très fatigué), les deux autres à bénéficier de la reminéralisation. L’idéal étant bien sûr la cure de six jours qui laisse le temps au corps d’emmagasiner les ions négatifs et les bienfaits des différents soins.

Renseignements
Fédération Internationale de thalassothérapie, mer et santé. 8, rue de L’Isly, 75008 Paris. Tél. : 01 44 70 07 57. Fax : 01 48 77 19 95.
E-mail : info_ANTI_SPAM_@thalassofederation.com. Internet : www.thalassofederation.com