Fatigue soudaine : un signe de surentrainement ?

Grosse fatigue
Question - Réponse
Le

La question d’André : J’ai 52 ans et, après avoir couru le marathon de Londres sans réel objectif chronométrique (4 h 37 mn au final), je ressens une très grande fatigue. Je me traîne à l’entraînement et mon sommeil est perturbé… Que m’arrive-t-il ?

La réponse du Docteur Donati, médecin du sport :

Ces signes sont probablement ceux d’un surentraînement.

Des troubles du sommeil associés à une grande fatigue sont souvent, chez le sportif assidu, des signes de surentraînement. Quelques examens sont cependant nécessaires afin d’éliminer une cause organique comme une carence en fer. Un électrocardiogramme est également souhaitable car il peut révéler des signes de surentraînement sous la forme de troubles de repolarisation, lesquels imposeraient l’arrêt complet du sport durant deux à trois mois.

Les examens biologiques permettent de rechercher une anémie (taux d’hémoglobine trop faible), une insuffisance rénale (taux de créatinine et de potassium trop élevé), un problème hépatique (taux de transaminases) et le plus souvent une insuffisance des réserves en fer.

Cependant, cette fatigue fait le plus souvent suite à une préparation exigeante conjuguée à une vie personnelle et professionnelle chargée. La solution classique est alors le repos sportif durant les trois à quatre semaines qui suivent la compétition, afin de permettre à l’organisme de se régénérer tranquillement – surtout s’il n’est pas familiarisé avec ce type d’épreuve éprouvante pour lui.