Tendinite tenace : Faut-il plâtrer le pied ?

tendinite QR
Question - Réponse
Le

La question de Bernard : Depuis maintenant six mois, je me bats avec une tendinite d'insertion du tendon d'Achille. Médecin, kiné, ondes de choc, mésothérapie, ostéo ... rien n'y fait. Pour garder la forme, je fais du vélo (indolore). J'ai bien essayé de recourir après plusieurs semaines de repos, mais le mal et une grosseur du tendon sont toujours là. Même le fait de marcher pour mes activités quotidiennes est pénible. Ne faudrait-il pas immobiliser le pied par un plâtre pour en finir une fois pour toutes ?

La réponse de J.F. Donati, médecin du sport :

Dans votre cas, anti-inflammatoire, vélo et natation

L'immobilisation plâtrée pour tendinite achilléenne est uniquement proposée s'il existe un épaississement important du tendon, le plus souvent accompagné d'un ou plusieurs nodules. La marche est alors très difficile. L'inconvénient est la raideur de la cheville après l’ablation du plâtre, et le résultat n’est pas garanti. Dans votre cas, il semble que vous ne relevez pas de cette indication dans l'immédiat ; une prescription de quatre à six semaines d'un anti-inflammatoire, associé à un protecteur gastrique et à un repos sportif relatif (c'est-à-dire excluant la course mais conservant vélo et natation), devrait pouvoir venir à bout de votre tendinite. Il faut également pratiquer un glaçage du tendon de deux fois 20 mn par jour, en protégeant la peau (cold pack inclus dans un sachet en tissu non tissé). Chaussez-vous avec des chaussures à talon assez conséquent ou portez des talonnettes de 6 ou 8 mm, vous en ressentirez vite les bénéfices.

4 Commentaires
Christine Bruneau, 55 ans - Dans 3 ans, je fais le marathon de New York

Entraînements 2008 : ce n’était pas près de chez moi, et pourtant, je peux dire que j’ai beaucoup apprécié. C’était très bien, très convivial. Il y a peu de communes qui font cela. J’étais bien préparée pour la course car les entraînements depuis le samedi du 1er contact jusqu’à à la fin se sont parfaitement déroulés. J’étais débutante et la création de groupes de niveaux était pour moi un vrai plus. On a travaillé l’endurance et appris à ne pas partir trop vite. J’ai découvert comment monter des côtes importantes, à m’étirer, à souffler et reçu des tas de conseils. J’ai participé à la course des 10 km et à celle du Père Noël. Maintenant, je continue. J’ai déjà fait Paris-Versailles et les 20 km de Paris. Je suis inscrite à un marathon dans le sud-est. Dans deux ou trois ans, je fais celui de New York. Mais je reviens cette année à Issy-les-Moulineaux. J’aime l’ambiance et cette course est adaptée à tous les niveaux, tous les âges. On voit même des enfants courir. Pour une enseignante comme moi, cela compte.

le 21/09/2009
Alfred Guyard, 45 ans - Je conseille de s’y inscrire

Entraînements 2008 : je n’aurai qu’un mot, c’était bien. L’intérêt pour moi était de changer un peu mes habitudes. Pour une fois, je me retrouvais à courir avec un groupe au lieu d’être seul trois fois par semaine. Je n’étais pas débutant alors je possédais déjà les notions de base mais j’ai apprécié le travail de progression dans les côtes et surtout les étirements. Des mouvements que je ne faisais jamais auparavant. C’est vraiment quelque chose que je conseillerais.

le 21/09/2009
Romain Josse, 26 ans - Mon meilleur souvenir ? La côte !

Entraînements 2008 : j’ai trouvé ces journées d’entraînement vraiment très bien. Pour moi, leur atout principal était de proposer des groupes de niveau, ce qui n’est pas si courant. Cela permet vraiment de se situer. En second, je mentionnerais les étirements de fin de séance qui étaient vraiment très bien. Et mon meilleur souvenir, c’est notre entraînement dans la côte Auguste Gervais d’Issy-les-Moulineaux. Pour moi qui suis habitué à celle des Buttes Chaumont, c’était un bon défi. Un petit bémol ? Avoir davantage à manger à la fin de la séance.

le 21/09/2009
Corinne Pieuchot, 48 ans - Des moments qui donnent de la force

Entraînements 2008 : je garde un excellent souvenir de l’entraînement Corrida. D’ailleurs je participe à nouveau cette année. L’accueil est formidable et c’est une très belle occasion de rencontrer des gens. Il y a des moments forts comme le repas final, lors de la dernière séance avant la course. Tous ces échanges donnent de la force pour la course. Cette année, ce sera ma troisième participation à la Corrida. Mais je ne me limite pas à ça, outre les 20 km de Paris et la Parisienne que j’ai déjà faites, je suis inscrite à la Senegazelle au Népal.

le 21/09/2009