La transpiration : Que boire pour compenser !

Boire
Question - Réponse
Le
Ayant lu que l’on pouvait perdre jusqu’à 3 litres de sueur en compétition, faut-il absolument compenser cette perte en buvant (par exemple 6 litres si la compétition est de 2 heures) ?

1 litre maximum par heure

Une telle perte d’eau par la sueur, dans des conditions particulières, chez quelqu’un dont la sudation est particulièrement importante, est en effet possible. Suer en quantité est le moyen d’éliminer la chaleur, dans la mesure où cette sueur peut s’évaporer avec un air sec et avec du vent. Si la sueur a du mal à s’évaporer (air chaud et humide : temps lourd), elle s’écoule sur le corps et sur le sol sans évacuer la chaleur (c’est l’évaporation qui produit du froid et qui élimine la chaleur).
Il est important de boire pour récupérer autant que possible la sueur perdue et éviter l’élévation excessive de la chaleur du corps et la baisse sévère de ses capacités. Malheureusement, lors d’un effort intense, boire plus d’un litre (1,5 litre tout au plus) par heure devient véritablement dangereux pour des raisons complexes. En cas d’excès manifeste, l’on risque des troubles sévères, voire mortels.
Le grand excès d’absorption d’eau est aussi dangereux que son contraire : la déshydratation. Donc, en compétition, par temps chaud, tenez-vous à un litre d’eau par heure (en fractionnant autant que possible – généralement aux points de ravitaillement tous les 5 km – et non d’un seul coup). Un moyen tout simple de moins suer et donc de ne pas laisser s’installer un déficit en eau (préjudiciable malgré tout) est de se mouiller la chevelure (ou le couvre-chef) et de garder ses vêtements (short léger, débardeur aéré) constamment humides. Se mouiller est un moyen très efficace pour évacuer la chaleur. La sudation sera naturellement moins abondante et la boisson absorbée devient alors suffisante pour compenser les pertes.

2 Commentaires
La Jirafe - Réponse à cassis

Monsieur, La résistance dure à votre âge est inutile , voire dangereuse. Elle n’a d’intérêt que pour faire progresser la VO²max, ce qui est impossible à votre âge si vous pratiquez depuis longtemps. Soit vous êtes un coureur de longue date et déjà très entraîné et la résistance dure n’aura pas plus d’effet positif supplémentaire que des séances de VMA avec un risque accru d’accident cardiaque. Soit vous êtes un coureur plus novice, votre VO²max progressera avec quelques séances de VMA et les séances de résistance dure deviennent alors risquées d’autant plus qu’elles sont réalisées sous un climat difficile (chaleur et humidité l’été ou froid et vent l’hiver). Au total, je vous déconseille fortement ce type de séance, la balance bénéfices/risques étant défavorable. Par contre, si les conditions météorologiques sont clémentes et que vous vous sentez en forme, une pointe de 2 ou 3 minutes en zone rouge au cardio pour se faire plaisir est possible, puisque votre test d’effort semble normal. Cordialement. Dr Donati

le 20/12/2010
cassis - résistance dure à plus de 60-65 ans

J'ai 68 ans avec FC maximum à 182, avec fréquence d'endurance (selon test médical) entre 145 et 166.. je cours le marathon en 4h32. Pour la résistance dure, je préfère les 30/30 : 2 x (10 x [30'' 13,5h / 30'' 10h) avec intervalle 7/h pendant 3' - je pense que cela est moins fatigant que des 2 km et que cela fait mieux progresser. Qu'en pensent les médecins de jogging international ?

le 16/12/2010