Souplesse : Certains sont souples, d’autres non, pourquoi ?

étirements
Question - Réponse
Le
En observant autour de moi des coureurs à l’occasion de mes séances d’entraînement, j’ai pu constater que certains d’entre eux étaient souples et d’autres non. Pourquoi ces différences, moi-même n’étant pas vraiment très souple ?

Cela dépend de beaucoup de facteurs.

Le degré de souplesse ou d’amplitude d’un mouvement dépend de différents facteurs : la conformation des surfaces articulaires qui peuvent déjà poser des limites ; l’extensibilité naturelle des tendons et des muscles ; l’âge (diminution des fibres élastiques, dégénérescence progressive…) surtout si le coureur n’entretient pas sa souplesse ; les différences hormonales, les femmes tendraient à être plus souples que les hommes sans oublier l’entraînement. Car celui qui pratique des séances de stretching de façon construite et régulière notera des résultats visibles. Lorsque vous avez observé les coureurs lors de séances d’échauffement, peut-être, certains limitaient-ils volontairement leurs étirements. En effet, avant une course, il n’est pas forcement nécessaire pour le coureur de rechercher l’extension maximale. À l’échauffement, c’est la préparation à l’effort qui est recherchée alors qu’en séances de stretching spécifiques, le but est la progression. L’amplitude articulaire dépend aussi de la méthode d’étirement. Un coureur qui fait des étirements passifs, en utilisant le poids de son corps, obtiendra plus d’amplitude que celui qui fait un étirement actif, en utilisant les muscles antagonistes.