Le pari fou de Vincent Luis

Le pari fou de Vincent Luis
Le

Comment rebondir après deux olympiades consacrées au triathlon ? En visant plus loin, plus haut ! C’est la stratégie qu’a choisie Vincent Luis pour se relancer après son échec de Rio où il a fini à la 7e place. Le triathlète visera en effet une double sélection olympique à Tokyo, en triathlon toujours, mais aussi en athlétisme sur 5000 ou 10 000 m. Rencontre avec un sportif ambitieux qui ne veut rien regretter.

Forcément, il lui fallait un nouveau défi à relever, un challenge différent pour continuer à avancer. On ne rempile pas pour quatre ans de labeur, de vie monacale, d’entraînements acharnés sans se projeter vers les plus hauts sommets. Sans remettre un peu de piment et de folie à un quotidien par ailleurs déjà si calculé, organisé et pensé. Car Rio, c’était l’objectif de sa vie, à Vincent Luis. Il l’avait annoncé peu de temps avant les Jeux olympiques. « Si je repars avec une médaille, je pense que j’arrêterai là. » Oui mais voilà, le petit prodige du triathlon français, champion du monde et d’Europe junior en 2008 et premier Français à finir sur le podium de la finale du championnat du monde (3e en 2015), a calé cet été dans la dernière épreuve du triathlon olympique, le 10 km course, après avoir pourtant posé son vélo dans le groupe de tête aux côtés des frères Alistair et Jonathan Brownlee, futurs champion et vice-champion olympiques.

Au final, le jeune homme de 27 ans a terminé 7e, loin de son rêve de médaille. « Je suis déçu mais je n’ai pas de regrets. J’ai joué mes cartes jusqu’au bout », soufflait-il alors, tristement, au micro des journalistes, sans savoir encore de quoi serait fait son avenir. « Je continue de rêver d'une médaille olympique mais il faut voir si la raison ou la passion l'emporte. Je ne sais pas encore si j'ai envie de refaire les mêmes sacrifices, de m'entraîner 40 heures par semaine. Quatre ans c’est long, je ne sais pas... »

Retrouvez la suite de notre rencontre avec Vincent Luis dans Jogging International 388 (sortie le 20 janvier, daté février).