Le test du blouson Puma NightCat Protect

Le test du blouson Puma NightCat Protect
Le

Ce mois-ci, Pat a testé le look « petit chaperon jaune (et bleu) » avec ce haut NightCat, conçu par Puma. Mais est-ce que cet habit fort joli va ressortir de cet essai avec les honneurs ou se faire croquer tout cru ?

Je l’avoue. J’ai un faible pour Puma. Je sais, je ne devrais pas m’en épancher dans ce genre de test produit, mais mon honnêteté m’y contraint. Car, jusqu’à présent, la marque ne m’a jamais déçue. Tout ce que j’ai pu tester – hors chaussures, mes pieds étant loin de figurer parmi les membres experts qui sévissent par ailleurs dans ce magazine – m’a emballée. C’est donc avec un a priori favorable que j’enfile ce top à capuche, qui hésite entre le sweat sophistiqué et le blouson, et me mire dans la glace. Miroir, mon beau miroir… Euh, non, je m’égare, ça, c’est Blanche-Neige, pas le Petit Chaperon, quelle que soit sa couleur. Toujours est-il que je m’admire, autant que les finitions solides et impeccables, que la coupe stylée, cintrée, originale mais sobre, autant que la matière douce au toucher, que les coloris fort bien choisis qui parfaitement entre eux se marient. Autant que les détails qui font d’un cheval de trait une jument de course, comme ces fermetures discrètes, ces poches bien placées et fonctionnelles, jusqu’aux élégants cordons de serrage de la capuche (qui, en modèle du genre « scaphandre », ne nous fait pas une tête de psychopathe). Bon, ça suffit l’hagiographie ! On est là pour courir, bon sang de bonsoir, pas pour cirer les pompes du fabricant de chaussures !

À l’étroit

Je sens que dès que j’aurai mis le pied dehors, je vais produire mon petit effet fashion… Mais dès que j’entame les premières foulées, en me servant bien de mes bras comme mon entraîneur d’antan me l’avait bien enseigné, pour ne pas dire seriné, je me sens, comment dire, étriquée. Mes épaules – qui n’ont pourtant rien de celles d’une catcheuse – sont tout engoncées. Entrave à ma liberté de mouvement : pas glop du tout ça ! Plus question de mettre mes pouces dans les passes prévus à cet effet, car là, c’est pire. Les manches se tendent, malgré l’élasticité du tissu. Ma grand-mère dirait que j’ai pleuré pour l’avoir… Rétrécir ma carrure d’un centimètre de chaque côté serait la solution, bien évidemment. Je peux très bien hiberner sans prendre le moindre gramme de muscle, fondre comme un sucre dans mon café. Tout, plutôt que d’avoir à échanger ce top qui me sied à ravir et qui remplit par ailleurs ses fonctions de respirabilité. Oui, c’est cela, je vais patienter jusqu’à la fin de l’hiver. Dès le retour des beaux jours, je renfilerai ce top sans rien en dessous. Je frimerai en toute liberté dans les allées. Glop, super glop.image

image

Fiche technique

  • Bimatière et bicolore.
  • Protection respirante contre le vent froid, maintien de la température corporelle pendant l’effort.
  • Éléments d’aération sur le haut du dos.
  • Capuche scaphandre adaptable avec cordon et stoppeurs.
  • Fermeture zippée continue avec protection menton.

Prix : 115 €

Les notes de Jogging International

  • Look : 4/5
  • Confort : 3/5
  • Légèreté : 4/5
  • Rapport qualité/prix : 3/5