Le test de la frontale Ledlenser MH6

Le test de la frontale Ledlenser MH6
Le

Ce mois-ci, Pat a testé la lampe frontale MH6 de LedLenser. Dans la nuit noire et la forêt verte, a-t-elle emprunté le chemin de l’illumination ? Réponse ci-dessous.

Brrr ! Fait froid. Maman, j’ai peur. Depuis que pullulent les séries méga-flippantes sur la forêt, avec des serial killers qui s’attaquent à des jeunes femmes au fin fond de grottes moussues, moi, la fille des bois qui s’est toujours réjouie de dormir sur un tapis d’aiguilles entre deux sapins, je me refais le projet Blair Witch à chaque sortie. Je m’attends presque à voir un loup blanc m’indiquer la planque du psychopathe d’un instant à l’autre... Mais, nom de Zeus, trembloté-je, où est donc passée ma frontale ? Celle qui va me permettre de sortir de cet enfer vert dans lequel je me suis embarquée en plein hiver, tout ça pour tester une nouveauté qui n’en est peut-être pas une. Ah, enfin, la voilà ! Elle était sur ma tête, en fait. Je ne l’avais pas allumée, quiche que je suis. Pourtant, on ne peut pas dire que ce soit la plus légère que j’ai portée. Mais elle est solide, parce que, là, je vous informe que je viens de la faire tomber violemment par terre et qu’elle s’allume encore.

L’illumination

La lumière fut. Jusque-là, rien de surnaturel. Mais tout de même, d’un coup, je sors du royaume des ombres, les épines prennent un relief bienveillant, la moindre écorce m’apparaît en 3D, ce qui m’apporte un regain de sérénité. C’est foutrement joli, la forêt, quand on y voit, la nuit. Je sens que mon retour à la civilisation va se faire dans de bonnes conditions. Du genre claires, nettes et précises. Je joue avec le faisceau réglable, je clique une fois pour que ça clignote. Pas encore remise de Noël, la fille… Pas de fonction stroboscope, mais avec, pas moyen de se prendre une boîte, de nuit… Je peux percevoir le sentier à plus de 100 m (120 m me souffle la notice). C’est bien tout ce qu’on demande à une « lampe de front », non ? Bon, comme d’habitude, le bandeau (qui se règle facilement, ce n’est pas le problème) m’agace. J’ai l’impression qu’à chaque foulée, la lampe ­descend sournoisement sur mon front. Elle me cherche, elle va finir par trouver mon arête nasale, y glisser et finir dans ma bouche. Une impression, rien de plus. Autre reproche fait aux frontales en général : avec, on n’a pas d’allure – comme on dit au Québec. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Il n’y a que sur Kilian (Jornet) que ça fait classe. Le héros qui sort du bois après d’ahurissants efforts. Moi, je veux juste rentrer chez moi. Et le fait que ce produit m’y ramène me fera ma nuit.

Verdict

Si vous cherchez une frontale présentant un bon rapport qualité/prix, qui plus est bien finie, efficace et solide, la MH6 est un bon choix. Un classique de la frontale, sans nouveauté ni surprise, mais qui éclaire parfaitement devant soi. Bref, ce que l’on demande à un tel produit.

Fiche technique

  • Puissance max : 200 lumens (portée de 120 m), pour 5 h d’autonomie.
  • 3 modes d’éclairage : 200 lumens, 40 lumens ou clignotant.
  • Avertissement en cas de batterie faible.
  • Résiste à la pluie (IPX6).
  • Batterie ou piles.
  • Sécurité pour le transport afin d’éviter les allumages intempestifs.

Poids : 93 grammes.

www.ledlenser.fr

Prix : 69,90 €