Test chaussures : Hoka One One Arahi

Test chaussures : Hoka One One Arahi
Le

Nouvelle venue dans le monde de la route chez Hoka One One, cette Arahi se distingue par une stabilité étonnante, tout en s’inscrivant dans la tradition stylistique de la marque. Une certaine idée de la polyvalence…

Hoka, ces chaussures qui ressemblent à des ­sabots sous amphétamines mais qui cachent, sous leurs dehors XXL, une véritable légèreté et un goût prononcé pour le dynamisme. Ma première expérience avec un modèle de la marque, née française mais naturalisée américaine, n’avait pas été convaincante. Une trail, la Stinson première du nom, dont la semelle s’était affaissée au bout de 200 km. Et moi, je n’aime pas courir avec des pneus crevés…

Je sors donc les Arahi de leur boîte avec la plus grande prudence, des fois qu’elles m’explosent au visage. Tout va bien, les démineurs peuvent rentrer chez eux. Premier constat : encore une fois, l’apparence robuste du modèle avec cette semelle surdimensionnée est trompeuse, puisque sur la balance, il dépasse à peine les 270 g en 44. La chose chaussée, c’est du bonheur pour les pieds, même s’il faudra penser à prendre une demi-pointure de rab par rapport à vos habitudes : une fois lacées, ces Arahi épousent parfaitement le pied et on en sent immédiatement le confort et le moelleux. C’est parti pour 250 km de test, histoire de mettre ces « Moon Boot » à l’épreuve.

Veuillez rester en ligne…

Premières foulées et, immédiatement, une sensation domine : celle d’une stabilité hors pair. La responsable ? Selon les représentants de la marque, « la semelle en forme de J, la J-Frame ». Je les crois sur parole, les fabricants ayant tendance à multiplier les concepts et les technologies pour toutes leurs nouveautés. Toujours est-il que le résultat est là : à chaque réception, sur chaque impulsion, on reste parfaitement en ligne, aidé en outre par le maintien réel et pas trop oppressant du mesh 3D.

Avec, chose habituelle chez Hoka, un drop réduit (5 mm), on a tendance à privilégier une attaque de l’avant-pied à la pratique, particulièrement quand la vitesse augmente, avec une bonne dose de dynamisme à ­revendre, même si on atteint les limites de l’Arahi sur le fractionné court, exercice dans lequel elle n’est pas forcément très à l’aise. Et la configuration du modèle, avec 29 mm d’épaisseur de ­semelle au talon (et donc 24 mm à l’avant de la chaussure), peut prêter à toutes les fantaisies dans le domaine de la foulée. Et sur de franches attaques du talon (pas bien, je sais !), le profil incurvé de la semelle permet de dérouler le pied sans le moindre problème.

L’amorti, sans être le plus phénoménal de la marque (on trouverait presque ces Arahi « sèches » par rapport à d’autres modèles Hoka), sera largement suffisant pour amener la majorité des coureurs jusqu’au semi, voire au marathon pour les plus légers. 

Les notes de Jogging

  • Amorti : 4/5
  • Stabilité : 5/5
  • Dynamisme : 4/5
  • Flexibilité : 4/5
  • Confort : 4/5
  • Rapport qualité/prix : 3/5

Poids constaté : 271 g en 44

Prix : 130 €