Test chaussures : Saucony Freedom ISO

Test chaussures : Saucony Freedom ISO
Le

La marque américaine affirme avoir créé, avec sa Freedom ISO, sa « chaussure la plus avancée technologiquement ». Tout un programme… Reste à voir ce qu’elle vaut à l’épreuve du terrain !

Saucony, avec sa nouvelle Freedom ISO, place la barre très haut, et pas qu’en termes de tarif. Car à 180€, ce ­modèle ne fait pas vraiment dans la demi-mesure ! La Freedom est ­affublée des deux concepts phares de la marque : l’Isofit et l’Everun. La première technologie remplace la languette traditionnelle par un chausson intégré, dans lequel le pied se glisse avec bonheur. Ajoutez à cela un nouveau mesh offrant respirabilité (et, ­dégât collatéral, une faible résistance à l’eau quand le temps se gâte) ainsi qu’une liberté de mouvement appréciable et vous tutoyez les sommets au niveau du confort. Côté look, le modèle testé, avec son bleu pimpant omniprésent ainsi que sa semelle translucide, marque des points.

Dynamique et résistante

Le concept Everun permettrait, lui, d’optimiser l’amorti par rapport à un caoutchouc traditionnel et apporterait un retour d’énergie optimisé (83 %, selon la marque). En la matière, Saucony n’a pas lésiné : cette Freedom est sa première chaussure avec une semelle 100 % Everun. Dans les faits, même si les 260 g affichés ne permettent pas de voler la vedette à une Kinvara (référence Saucony en la matière, avec moins de 230 g sur la balance), la Freedom vient titiller cette dernière. Que ce soit sur des allures 10 km ou sur piste, le dynamisme et la flexibilité font merveille ! Sur ce dernier point, c’est en particulier la semelle extérieure triFlex qui fait le travail. Ce caoutchouc cristallin placé sous la chaussure confère aussi une durabilité impressionnante. Alors que ­j’arrive aux 200 kilomètres avec la paire testée, aucune trace d’usure ! Et qu’en est-il côté ­amorti ? Un week-end de trois jours 100 % running va m’apporter la réponse. La proximité avec le sol est à la fois surprenante et impressionnante. Les 4 mm de drop n’y sont pas étrangers. Malgré ce faible ­niveau, avec son nez qui remonte et son talon plat, le modèle tolère une attaque talon. La proximité avec la route n’est par ailleurs pas contradictoire avec un niveau d’amorti performant. La qualité de l’Everun s’avère, ici, indéniable. Les ­balades genevoises et au cœur de l’Ain se sont faites dans les meilleures conditions.

Au final, le seul aspect sujet à caution est la stabilité de la chaussure. Rançon du dynamisme et de la flexibilité, ce point a nécessité une certaine ­attention sur les parcours irréguliers ou sur terrains instables lors d’entraînements à allure poussée. Détail important : la chaussure taille petit. Alors que je chausse habituellement du 42 (8,5 US) chez Saucony, j’ai dû opter, ici, pour du 42,5 (9 US). 

Les notes de Jogging International

  • Amorti : 4/5
  • Stabilité : 3/5
  • Dynamisme : 4/5
  • Flexibilité : 5/5
  • Confort : 5/5
  • Rapport qualité/prix : 3/5

Usage et terrain : entraînement

et compétition sur route

Type de pied : universel

Poids constaté : 262 g en 42,5

Prix : 180 €